Environnement

Déchets toxiques : accord entre Trafigura et les victimes

| Par AFP
L'indemnisation s'élève à 30 millions de livres, au lieu des 180 réclamés au départ

L'indemnisation s'élève à 30 millions de livres, au lieu des 180 réclamés au départ ©

La société responsable du déversement de déchets toxiques à Abidjan en 2006 a trouvé un accord d’indemnisation de 33 millions d’euros avec la plupart des victimes. Chaque plaignant recevra 750. 000 francs CFA, soit 1. 150 euros.

La multinationale Trafigura a signé à Londres un accord amiable portant sur 30 millions de livres (33 millions d’euros) avec les quelque 31. 000 plaignants dans l’affaire du déversement en 2006 de déchets toxiques à Abidjan, a annoncé à l’AFP un porte-parole de la société.

« L’accord a été signé samedi soir tard » entre Trafigura et l’avocat des plaignants tout juste revenu d’Abidjan avec le feu vert d’au moins 75% de ses clients (seuil légal), a expliqué cette source, précisant que l’indemnisation totale représentait 30 millions de livres, au lieu des 180 réclamés à l’origine.

Chaque plaignant recevra 750. 000 francs CFA, soit 1. 150 euros, a indiqué le porte-parole.

Pas de procès à Londres

Trafigura était l’affréteur du cargo Probo Koala, dont le déversement de résidus toxiques avaient causé, selon la justice ivoirienne, la mort de 17 personnes et des milliers d’intoxications.

Cet accord met fin à la procédure engagée contre Trafigura au Royaume-Uni. Un procès devait s’ouvrir devant la Haute cour de Londres le 6 octobre.

« Depuis août 2006, les parties ont investi énormément de temps et d’argent afin de réaliser une analyse détaillée des événements survenus à Abidjan en 2006 », précise la déclaration commune finale, indiquant que « plus de 20 experts indépendants » de divers domaines avaient oeuvré.

« Trafigura totalement innocentée

« Ces experts indépendants n’ont pas été en mesure d’établir un lien entre l’exposition aux produits chimiques émanant des déversements d’une part, et les décès, les fausses couches, les naissances d’enfants mort-nés, les malformations, les pertes d’acuité visuelle ou d’autres maladies graves et chroniques », poursuit le document.

Le cabinet d’avocats des plaignants « Leigh Day and co, à la lumière des conclusions des experts, reconnaît désormais que les déversements ne pouvaient, au pire, qu’avoir provoqué des symptômes passagers semblables à ceux de la grippe et des crises d’anxiété », ajoute-t-il.

« Trafigura est totalement innocentée par les conclusions des experts des deux parties », a déclaré Eric de Turckheim, directeur de Trafigura, cité dans un communiqué.

Aucun représentant des plaignants n’était joignable à Londres dimanche matin.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte