Justice

Présidentielle gabonaise : fin du recomptage des voix

Le recomptage a été boycotté par l'opposition ©

La Cour constitutionnelle a terminé samedile recomptage des votes de la présidentielle gabonaise du 30 août. Un recomptage qui s'est tenu sans l'opposition, qui a boycotté le processus en raison d'un désaccord avec la Cour.

La Cour constitutionnelle gabonaise a terminé samedi le nouveau comptage des suffrages de la présidentielle du 30 août mais ne donnera pas son résultat, a appris l’AFP auprès de l’institution.

"Le résultat du recomptage ne sera donné que dans le verdict final de la Cour", a affirmé samedi une source de la Cour. La publication des résultats mardi avait été auparavant qualfiée de "probable" par une source proche de la Cour.

La Cour a également terminé l’audition des requérants demandant l’annulation du scrutin, de même source.

11 recours

La Cour devrait procéder cette semaine à un débat public avec les requérants et pourrait rendre son verdict final en fin de semaine ou la semaine prochaine, selon un calendrier qui n’est pas rigide.

Parmi les auteurs du recours figurent l’ex-ministre de l’Intérieur André Mba Obame, officiellement classé 2e, et l’opposant historique Pierre Mamboundou (officiellement 3e), qui revendiquent tous les deux la victoire.

Le nouveau décompte des procès-verbaux des 2. 815 bureaux de vote avait commencé mercredi alors que parallèlement, des rapporteurs avaient auditionné cette semaine les auteurs des 11 recours – déposés par neuf candidats contestant la victoire d’Ali Bongo au scrutin et une citoyenne. Ces auditions à huis clos se sont également terminées samedi, selon la Cour.

Recomptage sans l’opposition

Le nouveau comptage des bulletins, réclamé par plusieurs candidats battus, devait initialement commencer mardi après-midi, mais n’avait pu débuter en raison de différends entre la Cour et l’opposition sur la procédure.

La Cour estimait que les auteurs du recours devaient désigner des huissiers qui soient à la fois auxiliaires de justice et représentants du requérant.

La plupart des requérants réclamaient la présence à la fois d’un huissier et d’un représentant de chaque candidat dans la salle de comptage, ce qui n’a pas été accepté. Les requérants ont décidé en retour de n’envoyer aucun huissier.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte