Économie

Scandale à la BEAC : Andzembé reste gouverneur jusqu’en novembre

Le gabonais Philibert Andzembé sera maintenu au poste de gouverneur de la Banque des Etats d’Afrique centrale (BEAC), en dépit de son rappel par le Gabon après la découverte de malversations et d’importantes pertes, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Par
Mis à jour le 30 octobre 2009 à 07:49

"Le comité des ministres des Finances (de la sous-région) a décidé mercredi lors d’une réunion à Douala (sud-Cameroun) de maintenir Philibert Andzembé au poste de gouverneur (de la BEAC) jusqu’au mois de novembre" et le sommet des chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) à Bangui, a affirmé à l’AFP un responsable du ministère camerounais des Finances.

Le comité a également "instauré la double signature en attendant qu’on nomme le nouveau gouverneur", a déclaré le ministre camerounais des Finances Essimi Menye, au quotidien d’Etat Cameroon Tribune.

"Notre souhait aujourd’hui est que la procédure de remplacement du gouverneur se passe dans les meilleurs délais", a-t-il ajouté.

Audit de la Cemac

Le Gabon avait annoncé le rappel à Libreville du gouverneur Andzembé de la BEAC, dont le siège est à Yaoundé, "en vue de son remplacement", dans un communiqué de la présidence gabonaise le 19 octobre.

Le Gabon avait notamment "déploré la situation" prévalant "au bureau extérieur de la BEAC à Paris" où des "malversations financières provisoirement évaluées à 19 milliards de FCFA (28 millions d’euros)" ont été enregistrées entre 2004 et 2008.

Le 24 septembre, la BEAC avait admis avoir perdu plus de 40 millions d’euros dans des investissements hasardeux et des détournements, dans une interview de M. Andzembé au quotidien gabonais Gabon Matin. M. Andzembé avait reconnu l’investissement "toxique" de 16 milliards de F CFA (25 millions d’euros) et des détournements de "15 milliards (22 millions d’euros)".

"Les chefs d’Etat de la Cemac ont été informés et ont commandé un audit", avait-il précisé.