Sport

Football : Tout-Puissant Mazembe roi de la Ligue des champions d’Afrique

| Par AFP
Tout-Puissant Mazembe a remporté sa troisième victoire

Tout-Puissant Mazembe a remporté sa troisième victoire ©

Le Tout-Puissant Mazembe a remporté sa troisième Ligue des champions d’Afrique contre Heartland FC (1-0), samedi à Lubumbashi, grâce à un but contre son camp du malheureux Victor Ezuruike à un quart d’heure de la fin, suffisant pour renverser la finale aller, gagnée 2-1 par le club nigérian.

Moïse Katumbi, le richissime président du TP, a réalisé son rêve, gagner une nouvelle C1 alors que les Coupes des champions déjà gagnées par les « Corbeaux » (1967 et 1968) prenaient la poussière dans la salle des trophées de Lubumbashi.

Le joyau de son équipe, « Trésor » Mputu, retenu à Lubumbashi grâce à la fortune de Katumbi, gouverneur de la province du Katanga, alors que l’Europe lui fait les yeux doux, a comme à son habitude dirigé le jeu et tiré tous les coups de pied arrêtés. Mais le salut est venu d’une balle en profondeur d’un entrant, Lusadisu Basisila, malencontreusement prolongée dans son but par Ezuruike.

Le match, d’un faible niveau technique malgré quelques mouvements offensifs léchés, a surtout valu pour l’ambiance atomique du stade de Kenya, et l’extraordinaire tension d’une finale continentale. Quelques joueurs ont failli en venir aux mains dans le temps additionnel.

Diego Garzitto, l’entraîneur français du club congolais, dans son costume aux couleurs des « Corbeaux » -pantalon noir, veste blanche-, semblait pétrifié de stress et bondissait souvent de son banc.

Cruel but contre son camp

Le Tout-Puissant a mérité sa victoire, finissant par fendre le coeur d’Heartland, venu surtout pour défendre. Le club nigérian perd sa deuxième finale de C1, après celle de 1988 contre Sétif (le club s’appelait Iwuanyanwu Nationale). Il pourra ressasser les malheurs de King Osanga, l’auteur de l’égalisation à l’aller, qui a tout raté samedi, manquant un face-à-face avec le gardien Kidiaba Muteba (14e) avant de gâcher une contre-attaque en marchant sur le ballon dans la surface (45+2).

Le gardien d’Heartland, Augustine Brown, peu académique, a contré les attaques du TP, mais il a dû sortir, visiblement blessé à une main, peu avant l’heure de jeu, laissant sa place à Ikechukwu Ezenwa (60).

L’entrant a vite été décisif en détournant une tête de Mputu sous la barre (65), un peu comme Buffon contre Zidane en finale du Mondial-2006. Mais il a cédé sur un cruel csc. . . Et s’est effondré en larmes au coup de sifflet final.

Le stade, presque entièrement noir et blanc, égayé de la tâche rouge des quelques supporteurs d’Heartland, qui rugissait littéralement, bien au-delà du cliché, à chaque apparition du Tout-Puissant dans la surface nigériane, a lui explosé de bonheur.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte