Politique

Tsvangirai demande à Mugabe de le traiter d’égal à égal

Le Premier ministre zimbabwéen Morgan Tsvangirai a appelé dimanche le président Robert Mugabe à le traiter lui, tout comme sa formation politique, en égal au sein du gouvernement d’union nationale.

Par
Mis à jour le 9 novembre 2009 à 08:02

Tsvangirai a accepté jeudi soir de reprendre les discussions avec le camp Mugabe

"Si vous voulez que ce gouvernement d’union devienne une source d’espoir pour le peuple du Zimbabwe, il faut que vous regardiez le MDC (Mouvement pour le changement démocratique de Tsvangirai) comme un partenaire égal et non pas comme un novice", a déclaré M. Tsvangirai devant des membres du MDC au cours d’une réunion à Chitungwiza, au sud-est d’Harare.

"On n’est pas des novices quand on a un mandat venant du peuple", a ajouté M. Tsvangirai devant environ 4. 000 personnes.

M. Tsvangirai a accepté jeudi soir, à l’issue d’un mini-sommet régional au Mozambique, de mettre un terme à son boycottage du gouvernement et de reprendre les discussions avec le camp Mugabe sur les points qui empoisonnent leur coalition.

Outre plusieurs accrochages sur la nomination de hauts responsables ou l’utilisation des fonds alloués au pays, le MDC de M. Tsvangirai n’a cessé de dénoncer la poursuite de la répression contre ses membres.

La goutte d’eau

A la mi-octobre, le renvoi en détention sous une accusation de terrorisme du trésorier du MDC, Roy Bennett, vice-ministre désigné de l’Agriculture, avait fait déborder le vase. Morgan Tsvangirai avait suspendu tout contact avec le camp présidentiel, jugé "peu digne de confiance".

Il avait alors entamé une tournée régionale pour convaincre les dirigeants de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC, 15 Etats membres), garante de l’accord de partage du pouvoir, de faire pression sur le président Mugabe pour qu’il change d’attitude.

MM. Mugabe et Tsvangirai ont formé en février un gouvernement d’union pour sortir le pays d’une grave crise née de la défaite du régime aux élections de mars 2008.

Ils ont obtenu quelques avancées, notamment dans la sphère économique, mais le climat est toujours resté tendu entre les anciens rivaux.