Société

Le mystérieux boeing écrasé au Mali transportait de la drogue

La carcasse de l’avion avait été retrouvée vide en plein désert. L’appareil, qui venait de décharger une cargaison de cocaïne, s’est écrasé le 5 novembre d’après Office de l’Onu contre la drogue et le crime (ONUDC).

Un avion de type Boeing en provenance du Venezuela a débarqué de la cocaïne près de Gao (Mali) avant de s’écraser le 5 novembre juste après son décollage, a annoncé lundi à Dakar le responsable régional de l’Office de l’ONU contre la drogue et le crime (ONUDC).

"Un Boeing parti du Venezuela a atterri sur une piste artisanale à 15 km de Gao (nord-est) avant de décharger de la cocaïne et d’autres produits illicites", a indiqué le responsable régional de l’ONUDC Alexandre Schmidt lors d’une rencontre avec la presse.

"Il a ensuite voulu décoller et s’est écrasé le 5 novembre", a-t-il ajouté. La quantité de drogue n’est pas connue mais "un Boeing peut transporter 10 tonnes de cocaïne", a-t-il souligné sans préciser la catégorie de l’appareil. La drogue n’a pas été retrouvée. L’agence internationale Interpol a été saisie et une enquête est en cours, selon lui.

Nouveau mode opératoire inquiétant

La carcasse de l’avion "a ensuite été incendiée par les trafiquants pour faire disparaître toute trace. Mais les numéros de référence ont été pris, une enquête est en cours sur le propriétaire. Aucun cadavre n’a été retrouvé sur place" à la suite de l’accident, a souligné le responsable.

"On ne sait pas depuis combien de temps cela dure, on ne peut pas dire si c’est le premier ou le dernier vol de ce type", a-t-il précisé. "Mais cela pourrait être considéré comme un nouveau mode opératoire et c’est inquiétant", selon M. Schmidt.

Selon lui, "il n’y a pas de couverture radar dans cette zone", située à un millier de kilomètres de la capitale Bamako, dans la région du Sahara, propice à tous les trafics.

C’est la première fois que nous avons connaissance" d’un acheminement de la cocaïne sud-américaine en Afrique par un avion de cette capacité, affrété pour l’occasion, a-t-il souligné.

Les autorités de Bamako n’ont pas réagi officiellement à la suite de cet accident.

L’Afrique de l’Ouest est devenue ces dernières années un important centre de transit de la cocaïne sud-américaine vers les marchés européens.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte