Défense

Blaise Compaoré veut maintenir Dadis Camara au pouvoir pendant la transition

| Par AFP
Le médiateur Blaise Compaoré en visite en Guinée

Le médiateur Blaise Compaoré en visite en Guinée © AFP

Blaise Compaoré préconise le maintient de Moussa Dadis Camara et un gouvernement d’ouverture, pendant une période de transition de 10 mois avant des élections.

Le médiateur dans la crise guinéenne, le président burkinabè Blaise Compaoré, préconise le maintien au pouvoir du capitaine Moussa Dadis Camara, chef de la junte guinéenne, durant une période de transition, ce que rejette l’opposition, a-t-on appris vendredi auprès de la médiation.

Dans un document consulté par l’AFP, M. Compaoré propose notamment la mise en place d’un « Conseil national de transition dirigé par le capitaine Moussa Dadis Camara » qui sera également « chef de l’Etat » et « chef suprême des armées ».

Elections dans un délai de 10 mois

« Le Conseil national de transition est chargé de l’organisation de l’élection présidentielle dans un délai de 10 mois », indique le document.

La période de transition débuterait en décembre.

M. Compaoré, nommé début octobre médiateur dans cette crise par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), propose également la mise en place d’un « gouvernement d’union nationale » formé de 30 membres.

Dix membres du gouvernement seraient issus de l’opposition, des syndicats et de la société civile, dix du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD, junte) et dix « autres » pourraient revenir au « bloc des forces patriotiques », proche de la junte.

Dadis pourrait se présenter

Selon le document, le « chef de l’Etat et tout membre du gouvernement voulant se présenter à l’élection présidentielle doit démissionner quatre mois avant le jour du vote » pour se porter candidat.

Des propositions de ce type ont déjà été rejetées par l’opposition. Lors d’une rencontre début novembre avec M. Compaoré, ses représentants avait demandé la dissolution de la junte avec le départ du capitaine Camara et la mise en place d’une autorité de transition pour six mois.

Née du coup d’Etat du 23 décembre 2008, qui a porté au pouvoir le capitaine Camara, la crise en Guinée s’est dramatiquement aggravée avec le massacre par les forces de sécurité de plus de 150 opposants, selon l’ONU, le 28 septembre dans un stade à Conakry.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte