Diplomatie

Sahara: la militante Aminatou Haidar, poursuit sa grève de la faim

La militante pro-Polisario Aminatou Haidar est interviewée le 17 novembre 2009 à  l'aéroport ©

La militante pro-Polisario Aminatou Haidar rejette l'offre du gouvernement espagnol de lui concéder le statut de réfugiée politique et poursuit sa grève de la faim de protestation contre son expulsion du Sahara occidental, a annoncé samedi à l'AFP l'un de ses porte-parole.

Aminatou Haidar, qui a reçu un prix en octobre à New York de la Train Foundation pour son engagement non violent en faveur des droits de l’homme, "rejette" l’offre espagnole de lui faciliter le statut de réfugiée politique, a déclaré José Morales Brum, leader syndical canarien et porte-parole de l’activiste.

Elle demande à pouvoir réembarquer vers Laâyoune, principale ville du Sahara occidental, et observe depuis lundi une grève de la faim à l’aéroport de Lanzarote, aux Canaries.

Ne disposant plus de passeport marocain, confisqué à Laâyoune, Mme Haidar est invitée par Madrid à s’en procurer un nouveau dans un consulat marocain. Mais la militante refuse également cette solution et réclame la restitution de son document.

Elle devait recevoir dimanche la visite de Cayo Lara, leader de la coalition écolo-communiste espagnole Izquierda Unida à l’aéroport de Lanzarote, qu’elle ne quitte plus depuis son expulsion de Laâyoune, le 14 novembre, selon M. Morales Brum.

Une manifestation de soutien a été organisée samedi à la mi-journée à Arrecife, ville principale de l’île de Lanzarote.

Le ministre espagnol des Affaire étrangères Miguel Angel Moratinos a déclaré que face aux refus de la militante, "on ne peut pas faire plus". Le ministre dit avoir déjà exprimé sa "préoccupation" sur l’affaire Haidar lors d’une rencontre jeudi avec son homologue marocain Taieb Fassi Fihri.

Le Maroc administre le Sahara occidental depuis 1975 et considère cette ancienne colonie espagnole comme partie intégrante du royaume.

Rabat propose une large autonomie sous sa souveraineté pour le Sahara occidental mais le Front Polisario, soutenu par Alger, refuse et réclame un référendum d’autodétermination, dans lequel l’indépendance serait une des options offertes.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte