Politique

Les deux juges françaises étaient au TPIR avant de se rendre à Kigali

Les juges Fabienne Pous et Michèle Ganascia, en 2007 à Paris © AFP

Fabienne Pous et Michèle Ganascia se sont rendues au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) à Arusha (Tanzanie) mi-octobre, avant leur arrivée remarquée à Kigali la semaine dernière. Elles y cherchaient des informations sur certains rédisents Rwandais en France.

Les deux juges françaises actuellement au Rwanda pour des enquêtes sur des génocidaires rwandais présumés vivant en France se sont rendues en octobre au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a-t-on appris jeudi de source proche de ce tribunal.

Les juges d’instruction Fabienne Pous et Michèle Ganascia sont arrivées à Kigali le 21 novembre pour une semaine travail.

Preuves sur certains Rwandais résidant en France

"Elles étaient ici le 16 octobre; elles ont rencontré le procureur en chef (Hassan Bubacar Jallow). Elles venaient lui demander des éléments de preuve sur certains Rwandais résidant en France", a indiqué une source au TPIR, qui siège à Arusha en Tanzanie.

"Elles étaient notamment intéressées par le cas d’Agathe Kanziga, la veuve de l’ex-président Juvénal Habyarimana", a ajouté cette source.

Même si elle n’est pas recherchée par le TPIR, Mme Habyarimana a fait l’objet, à un moment donné, d’investigations de la part du bureau du procureur du TPIR, selon cette source.

La soeur de Mr. Z

La veuve de l’ex-président est souvent citée dans des témoignages au TPIR parmi les principaux penseurs du génocide ainsi que son frère Protais Zigiranyirazo qui a été acquitté et remis en liberté la semaine dernière par la chambre d’appel du TPIR.

Une dizaine d’enquêtes judiciaires ont été ouvertes en France, et centralisées à Paris, à l’encontre de Rwandais soupçonnés de complicité de génocide et de crimes contre l’humanité.

Mais à ce stade, seules deux personnes ont été inculpées en France pour des faits liés au génocide: Wenceslas Munyeshyaka, ancien curé de la paroisse de la Sainte-Famille à Kigali, et l’ancien préfet de Gikongoro (sud du Rwanda) Laurent Bucyibaruta. Les deux hommes avaient été initialement mis en accusation par le TPIR qui a depuis confié leurs dossiers à la justice française.

Le déplacement des deux juges est une première depuis la rupture par Kigali de ses relations diplomatiques avec Paris, après l’émission de mandats d’arrêts en novembre 2006 visant des proches du président rwandais Paul Kagame.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte