Diplomatie

Le Polisario appelle Sarkozy à intervenir pour Aminatou Haidar

Le chef du Front Polisario Mohamed Abdelaziz, le 1er septembre 2009 à Tripoli ©

Mohamed Abdelaziz estime que la militante sahraouie est "sérieusement menacé" par son jeûne.

Le chef du Front Polisario a appelé le président français Nicolas Sarkozy à "intervenir" auprès du Maroc en faveur de la militante sahraouie Aminatou Haidar, en grève de la faim depuis 24 jour à Lanzarotte (Canaries), a rapporté mercredi l’agence algérienne APS.

La France espère une solution rapide pour Aminatou Haidar, a indiqué mercredi le ministère des Affaires étrangères. "Nous espérons qu’une solution pourra rapidement être trouvée", a déclaré son porte-parole, Bernard Valero, interrogé lors d’un point-presse. La France est "informée de la situation de Mme Aminatou Haidar dont l’état de santé est préoccupant", a-t-il ajouté.

Mme Haidar "ne peut être laissée mourir à petit feu sur un territoire européen", écrit Mohamed Abdelaziz dans une lettre adressée à M. Sarkozy.

Il l’appelle "à intervenir auprès du Maroc pour sauver la vie de la militante sahraouie" et "lui permettre de retourner dans son pays et retrouver ses deux enfants à El Ayoun" au Sahara occidental "d’ou elle a été expulsée le 14 novembre dernier".

Haidar "sérieusement menacée par ce jeûne"

M. Abdelaziz souligne que Mme Haidar est "sérieusement menacée par ce jeûne prolongé qu’elle n’a pas l’intention d’abandonner avant son retour dans son pays, auprès de sa famille".

"La France ne peut rester les bras croisés devant ce grave reniement des droits de l’Homme, qui heurte de front les conventions internationales", affirme encore le secrétaire général du Front Polisario.

Le Gouvernement marocain "ne peut continuer de tourner indéfiniment le dos aux appels de l’ONU, de l’Union européenne, de l’Union africaine, du Gouvernement espagnol, des ONG d’envergure internationale qui appellent tous à permettre à Mme Haidar de recouvrer ses droits garantis par la Déclaration universelle des droits de l’homme", ajoute-t-il.

Aminatou Haidar, 42 ans, observait mercredi son 24e jour de grève de la faim pour pouvoir rentrer au Sahara occidental.

Elle a été expulsée le 14 novembre du Sahara occidental par les autorités marocaines, qu’elle accuse de lui avoir confisqué son passeport marocain. Selon Rabat, elle a refusé d’"accomplir les formalités habituelles de police et renié sa nationalité marocaine".

Le Maroc considère que le Sahara occidental, ancienne colonie espagnole qu’il a annexée en 1975, fait partie intégrante du royaume et propose une large autonomie sous sa souveraineté pour ce territoire. Le Front Polisario, soutenu notamment par l’Algérie, réclame pour sa part un référendum d’autodétermination dont l’indépendance serait une des trois options.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte