Économie

Le Sénégal s’attend à une production record de coton

Les acteurs de la filière du coton au Sénégal s’attendent à un record de production cette année : 35 000 tonnes, contre 32 248 tonnes l’année dernière.

Mis à jour le 15 octobre 2013 à 12:51

La Société de développement des fibres textiles (Sodefitex) du Sénégal et les acteurs de la filière s’attendent à une production record de coton de 35 000 tonnes cette année – l’année dernière, le pays avait produit 32 248 tonnes. La région de Tambacounda, principale zone de production cotonnière du pays, renoue avec une excellente campagne qui a notamment bénéficié d’une pluviométrie très favorable.

Lire aussi :

Bénin : des champs de coton enfin revigorés
Guinée : Geocoton veut revenir

Selon le directeur de la Base d’appui aux méthodes et techniques pour l’agriculture et les autres activités rurales et l’environnement de la Sodefitex (Bamtaré/Sodefitex), Oulé Guèye, « les superficies emblavées [ensemencées] ont largement dépassé les 30 000 hectares dans les zones de production ». « Le nombre de cotonculteurs a augmenté et de nouvelles variétés culturales ont été introduites, alors que les rendements à l’hectare varient maintenant entre 1,5 et 1,7 tonne », explique Oulé Guèye. Autre élément de taille : la hausse du prix au producteur. Elle a eu un effet positif sur la production, le kilogramme de coton étant passé de 170 à 255 F CFA (0,35 à 0,53 dollar).

Nouvelles variétés

La Sodefitex a aussi misé sur des initiatives communautaires pour booster la production cotonnière tout en s’évertuant à maîtriser la chaîne de valeur. Elle est en train de tester de nouvelles variétés en cours d’expérimentation, dénomées Stam 279 et Stam 129, dans les périmètres de Sinthiou Malem. Ces variétés se caractérisent par de longues fibres de couleur blanche et leur niveau élevé de productivité à l’hectare, expliquent des chercheurs.

La Sodefitex s’est aussi lancée dans la lutte contre le trafic d’intrants agricoles, non seulement en mettant en place des brigades, mais aussi en sensibilisant les producteurs qui utilisent parfois les produits pour la vente ou pour des cultures autres que le coton.