Politique

Maroc : l’affaire Haidar est « un complot ourdi par l’Algérie »

L’affaire Aminatou Haidar, la militante sahraouie en grève de la faim en Espagne, est « un complot systématique, méthodique, ourdi par l’Algérie », a déclaré lundi à l’AFP le ministre marocain de la Communication Khalid Naciri.

Par
Mis à jour le 15 décembre 2009 à 08:23

Aminatou Haidar, 42 ans, est en grève de la faim depuis le 16 novembre à Lanzarote

"Le timing est significatif, a ajouté M. Naciri dans un entretien téléphonique. L’Algérie est en position de faiblesse par rapport au plan d’autonomie mis en oeuvre par le Maroc pour le Sahara occidental et qui est bien accueilli par la communauté internationale".

Aminatou Haidar, 42 ans, est en grève de la faim depuis le 16 novembre à Lanzarote (îles Canaries, Espagne), pour pouvoir retourner chez elle à Laâyoune, au Sahara occidental, ex-colonie espagnole annexée en 1975 par le Maroc.

Mme Haidar a été expulsée le 14 novembre du Sahara occidental par les autorités marocaines, qu’elle accuse de lui avoir retiré son passeport marocain. Selon Rabat, elle a refusé d’"accomplir les formalités habituelles de police et renié sa nationalité marocaine".

Le cas Aminatou Haidar est "une instrumentalisation odieuse", a poursuivi M.Naciri , qui est également porte-parole du gouvernement marocain.

"Trop, c’est trop"

"L’Algérie croit avoir trouvé un filon pour s’attirer à bon compte la sympathie de l’opinion publique internationale", a-t-il poursuivi.

Selon Khalid Naciri, "l’Algérie s’en tient au discours éculé de la Guerre froide. Le Mur de Berlin est tombé en Europe et un autre est érigé par l’Algérie" sur la frontière algéro-marocaine.

"Nous ne pouvons pas assumer la responsabilité d’un dossier, d’un complot systématique, méthodique, ourdi par l’Algérie. Trop, c’est trop", a affirmé M. Naciri en réponse à une question sur les suites que Rabat entendait donner à l’affaire Aminatou Haidar.

"Le Maroc et l’Espagne sont victimes d’un plan machiavélique et nous sommes attristés, désolés, de constater que l’on essaie de manipuler l’opinion publique internationale avec cette affaire", a-t-il dit.

"Nous sommes solidaires de l’Espagne, a-t-il conclu. Elle peut être assurée de l’amitié et de la considération du Maroc".