Archives

CAN-2010: le mondialiste algérien en danger face au Mali

S’il est en danger après sa défaite surprenante face au Malawi, le mondialiste algérien a encore toutes les cartes en main pour accéder aux quarts de finale de la CAN-2010 et une victoire jeudi contre le Mali de Kanouté le relancerait idéalement.

Par
Mis à jour le 14 janvier 2010 à 16:48

Les Fennecs, qui défendent la thèse de l’accident, ont eu beau faire amende honorable et mettre le revers malawite sur le compte de la chaleur, la "magie de Khartoum", née de la qualification pour le Mondial-2010 semble bien avoir vécu. Dès lundi, les coéquipiers de Ziani ont du remettre le bleu de travail.

"Cette rencontre est déjà décisive, mais ce n?est pas pour autant qu?on va se mettre de la pression car cela peut se retourner contre nous", a commenté le milieu de terrain dans la presse algérienne.

Pourtant, les joueurs de Saadane, lequel refusait de céder au triomphalisme d’avant départ et se retrouve déjà critiqué pour avoir choisi de se préparer dans le sud de la France, sont bien dans l’oeil du cyclone.

Recadré avec fermeté mardi par Mohamed Raouraoua, le président de leur fédération, les Algériens subissent également les foudres de l’ex-idole nationale Rabah Madjer.

Mécontent du comportement de certains, le sélectionneur, qui doit se passer du défenseur Yahia et de son meneur Meghni, encore blessé, a d’ores et déjà promis qu’il y aurait "trois ou quatre changements" dans son onze de départ.

Sur ce que ses deux prochains adversaires ont montré lors du match d’ouverture, la rencontre face au Mali, qui a remonté quatre buts de retard en un peu plus de dix minutes, s’annonce bien plus stratégique que le dernier match contre l’Angola.

En cas de défaite, les Algériens, toujours derniers, devraient disputer un match haletant contre le pays organisateur avec une hypothétique qualification à la clé.

Du côté des Aigles du Mali on prend donc un malin plaisir à laisser son rival se dépatouiller avec son gênant statut.

"L?Algérie est mondialiste et, avant le début de la compétition, était considérée, comme le favori du groupe", a ainsi expliqué Seydou Keita, "surpris" par sa prestation contre le Malawi. "Le match de demain constituera une finale pour l?Algérie qui aura une grande pression sur ses épaules, et c?est à nous d?en profiter".

S’ils digèrent mieux la chaleur et ne reproduisent pas ces erreurs individuelles qui avaient mis le Malawi en confiance, les Algériens ont cependant montré récemment qu’ils avaient de quoi se relancer.

Quant aux Maliens, ils devront surtout se montrer concentrés après avoir offert à l’Angola quatre buts sur coups de pied arrêté.