Archives

Arcelor-Mittal veut négocier un plan global d’investissement

| Par AFP

©

La direction du complexe sidérurgique Arcelor-Mittal d’Annaba veut négocier un plan de développement de son site avec le gouvernement, d’après le syndicat d’entreprise. Ce plan incluerait la cokerie, dont la fermeture possible avait provoqué le début de la grève.

La direction d’Arcelor-Mittal d’Annaba (est de l’Algérie) veut négocier avec le gouvernement algérien un plan de développement du complexe sidérurgique dont les 7. 200 employés sont en grève depuis mardi, a-t-on appris jeudi de source syndicale.

« La direction a demandé l’acccord du gouvernement algérien pour négocier avec lui un plan global d’investissements sur quatre ans, destiné à moderniser toutes les unités du complexe, y compris la cokerie », dont la fermeture envisagée a déclenché la grève, a déclaré à l’AFP le secrétaire général du syndicat d’entreprise Smaïn Kouadria.

Les 7. 200 sidérurgistes sont en grève pour protester contre la fermeture envisagée de la cokerie, employant 320 salariés, dont la rénovation coûterait 40 millions de dollars, selon des experts nommés après la mise à l’arrêt de cette unité en octobre dernier.

La direction avait alors estimé que des expertises sur l’état de la cokerie, vieille de 30 ans, étaient nécessaires, puis a envisagé sa fermeture définitive en raison du coût de rénovation.

« Marche pacifique »

« Nous resterons en grève jusqu’à ce que les pouvoirs publics donnent leur accord pour négocier avec Arcelor-Mittal le plan de développement de toutes les installations du complexe (y compris la cokerie) », a déclaré M. Koudria.

Arcelor-Mittal avait annoncé auparavant un plan d’investissement pour 2010-2014 d’un montant de 200 millions de dollars, n’incluant pas la cokerie, un projet contesté par le syndicat.

M. Kouadria a précisé que Amar Belkacemi, PDG du groupe public Sider qui détient 30% du capital du complexe d’El Hadjar, a donné son accord à un plan de développement des installations de l’usine.

Selon lui, le patron de Sider s’est exprimé mercredi devant les 7. 200 travailleurs qui ont marché « pacifiquement » du siège de la direction générale d’ArceloMittal vers l’usine, sur près de 3 km, pour réclamer « la satisfaction de leurs revendications ».

L’usine d’El-Hadjar, filiale du géant mondial de l’acier, est une ancienne propriété de l’Etat algérien rachetée à 70% en octobre 2001 par l’Indien Ispat, une entreprise du groupe Mittal. Elle a produit 750. 000 tonnes d’acier en 2009, selon la direction.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte