Société

L’ancien chauffeur de l’ambassadeur de France arrêté pour génocide à Kigali

Jean Rwabahizi, déjà condamné par contumace à 30 ans de prison pour participation au génocide de 1994, a été arrêté à Kigali.

Par
Mis à jour le 15 janvier 2010 à 07:52

Crânes des victimes du génocide rwandais au Mémorial de Ntarma © AFP

L’ancien chauffeur de l’ambassadeur de France au Rwanda, Jean Rwabahizi, qui avait été condamné par contumace à 30 ans de prison après avoir été reconnu coupable de participation au génocide de 1994, a été arrêté à Kigali, a rapporté vendredi Radio Rwanda (gouvernementale).

M. Rwabahizi, qui venait de rentrer au Rwanda après avoir séjourné en France à la suite de la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays en 2006, a été arrêté lundi par la police, a indiqué la radio.

Paris et Kigali ont rétabli leurs relations diplomatiques en novembre 2009.

Jugé par un tribunal gacaca

Jugé après 2006 par le tribunal "gacaca" du secteur Nyarugenge, dans la ville de Kigali, il a été reconnu coupable d’avoir joué un rôle dans les massacres de Tutsis qui avaient cherché refuge à l’église de la Sainte Famille, à Kigali, et à l’ambassade de France, a poursuivi Radio Rwanda.

Il a déjà indiqué qu’il demanderait la révision de son procès, a ajouté la radio.

Inspirées des anciennes assemblées villageoises lors desquelles les sages réglaient les différends, assis sur le gazon (gacaca, en langue rwandaise), les juridictions gacacas sont chargées de juger les auteurs présumés du génocide, à l’exception des "planificateurs au niveau national" qui relèvent de la compétence des tribunaux classiques.

Perpétré par des extrémistes hutus, le génocide d’avril à juillet 1994 a fait, selon l’ONU, près de 800. 000 tués, essentiellement des membres de l’ethnie tutsi.