Justice

Le PDG de la Sonatrach placé sous contrôle judiciaire

| Par AFP
Le PDG de Sonatrach, Mohamed Meziane, le 2 juillet 2008 lors du Sommet pétrolier mondial

Le PDG de Sonatrach, Mohamed Meziane, le 2 juillet 2008 lors du Sommet pétrolier mondial © AFP

Le placement sous contrôle de Mohamed Meziane, jusqu’alors PDG de Sonatrach, a été confirmé par le ministre algérien de l’Energie. Le motif des poursuites n’a pas été précisé officiellement. Il s’agirait d’une affaire de malversation d’après la presse algérienne.

 Le ministre algérien de l’Energie Chakib Khelil a confirmé dimanche à Alger au cours d’une conférence de presse, le placement sous contrôle judicaire du Pdg du groupe pétrolier public Sonatrach, Mohamed Meziane, sans préciser les accusations portées contre lui.

"Le Pdg de Sonatrach, le vice-président chargé de la commercialisation et quatre hauts cadres de la compagnie ont été placés sous contrôle judiciaire" et "les vice-présidents chargés des activités amont et des transports par canalisations ont été placés sous mandat de dépôt", a déclaré M. Khelil.

Adbelhafid Feghouli assure l’intérim

"Je ne peux pas préciser les motifs des inculpations car je ne connais le dossier que par ce qu’en a donné la presse", a-t-il ajouté.

"Tous ces cadres sont présumés innocents jusqu’à ce que la justice apporte la preuve de leur culpabilité", a-t-il insisté.

Il a confirmé que le vice-président pour les activités "aval" de Sonatrach, Abdelhafid Feghouli, assurait l’intérim à la tête du groupe pétrolier.

M. Khelil a précisé qu’il n’a relevé aucun de ces "cadres de ses fonctions".

Il a également indiqué que l’instruction de la justice liée à la passation de marchés au sein du groupe Sonatrach n’a pas affecté la production pétrolière de l’Algérie.

"La production des hydrocarbures de l’Algérie n’a pas été affectée. Il y a des gens capables au sein de cette entreprise nationale et 170 projets, dont certains dépassent les milliards de dollars, sont en cours de réalisation", a-t-il-dit.

Sept dirigeants de la plus importante société algérienne inculpés

Selon lui, trois accords avec des groupes internationaux devraient être signés dimanche après-midi à Alger.

Jeudi, la presse algérienne avait révélé que M. Meziane avait été inculpé dans le cadre d’une enquête portant sur de présumées malversations ainsi que trois vice-présidents, plusieurs hauts cadres de la société et des dirigeants de bureaux d’études dont les deux fils de M. Meziane, placés pour leur part sous mandat de dépôt.

Les inculpations avaient été signifiées à l’issue d’une enquête portant sur de présumées malversations à l’occasion de la passation de marchés avec des bureaux d’études ou des sociétés spécialisés dans la sécurité, précisait la presse.

Outre M. Meziane, un vice-président et cinq autres cadres de la société ont été placés sous contrôle judiciaire, indiquaient des quotidiens.

Deux autres vice-présidents, un ancien PDG de la banque publique Crédit populaire d’Algérie (CPA) et son fils, dirigeant un bureau d’études, ainsi que les deux enfants de M. Meziane et un entrepreneur privé, ont pour leur part été placés sous mandat de dépôt, précisait-on de même source.

Sonatrach est la plus importante société algérienne, qui emploie 125.000 personnes et a réalisé en 2008 un bénéfice net de près de 9,2 milliards de dollars pour un chiffre d’affaires annuel de 80,8 milliards de dollars, selon son dernier rapport financier.

Elle est surtout le principal fournisseur en devises de l’Algérie grâce à sa production de pétrole (1,2 million de barils/jour) mais aussi de gaz dont le pays est le premier exportateur du continent africain et le troisième fournisseur de l’Europe.

 

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3103_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer