Politique

Violents combats dans le centre de Mogadiscio

| Par AFP

De violents combats opposaient vendredi matin insurgés islamistes et soldats de la force de paix de l’Union africaine en Somalie (Amisom) dans le centre de Mogadiscio, a constaté un journaliste de l’AFP. Au moins neuf personnes ont été tuées.

Mis à jour le 29 janvier à 10h30

« Près de sept civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués, la plupart par des obus de mortiers et des balles perdues », a indiqué un témoin, Abdi Adan.

« Quatre civils sont morts à Wardhigley, trois autres à Holwadag et au marché de Bakara. Ce sont les pires violences que nous avons eues depuis longtemps », selon un autre témoin, Mohamoud Ahmed.

Des sources médicales ont confirmé ce bilan.

« De nombreux tués »

« Nous avons récupéré près de 22 blessés en plusieurs endroits de Mogadiscio. Il y a de nombreux tués, dont une mère et ses deux enfants », a précisé Ali Musa, qui dirige les services d’ambulances de la capitale.

Les échanges d’artillerie et tirs d’armes automatiques ont éclaté vers 02H00 heures locales (23H00 GMT jeudi), et ont duré tout le reste de la nuit. Après avoir temporairement baissé d’intensité, ils ont repris de plus belle au lever du jour, a-t-on constaté.

« Des éléments violents ont attaqué les positions du gouvernement cette nuit avec des mortiers et des mitrailleuses lourdes. Les forces gouvernementales les ont défaits », a affirmé à la presse le porte-parole de la police Abdulahi Hasan Barisse.

Les affrontements se concentraient autour du carrefour K4, ou « kilomètre 4 », rond-point stratégique de Mogadiscio à mi-chemin entre l’aéroport et le port.

L’Amisom dispose sur place d’un détachement de plusieurs dizaines de militaires ougandais, régulièrement la cible des attaques insurgés.

Cadeau d’anniversaire

Dans un communiqué rendu public vendredi, les shebab ont revendiqué ces attaques, précisant par ailleurs avoir perdu deux de leurs hommes.

« Nos combattants ont lancé une grande offensive sur plusieurs bases des milices apostats et de leurs alliés chrétiens », affirme ce communiqué.

« De nombreux ennemis ont été tués dans ces attaques coordonnées, au cours desquelles deux de nos moujahidines sont tombés en martyr », ajoute le texte.

Les combats se déroulent le jour même du premier anniversaire de l’arrivée au pouvoir du président cheikh Sharif Ahmed, dont le très affaibli gouvernement de transition (TFG) ne contrôle qu’une petite partie de Mogadiscio, essentiellement grâce au soutien militaire de l’Amisom.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte