Économie

Croissance : les pays d’Afrique subsaharienne seconds derrière les dragons

Le Fonds monétaire international a publié ses prévisions sur la croissance mondiale. Belle surprise : l’Afrique subsaharienne n’est dépassée que par les pays du continent asiatique.

Mis à jour le 12 octobre 2013 à 16:50

Le plus dynamique du monde ? Le Soudan du Sud. Mais il part de très bas. © Roberto Schmidt/AFP

Seule l’Asie fait mieux que l’Afrique subsaharienne en matière de croissance. Selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), publiées à Washington le 8 octobre, la richesse de l’Afrique noire progressera de 5 % en 2013, et celle des dragons de l’Asie émergente de 6,3 % quand les États-Unis n’afficheront pas plus de 1,6 % et l’Amérique latine 2,7 %. La zone euro, elle, connaîtra une récession de 0,4 %. L’année suivante devrait confirmer la bonne santé du sud du Sahara, avec une croissance moyenne de 6 %.

Principal fait notable, cinq États africains figurent dans le classement 2013 des dix pays les plus dynamiques du monde : le Soudan du Sud (1er, avec 24,7 %), la Sierra Leone (2e, avec 13,3 %), le Liberia (7e, avec 8,1 %), la Côte d’Ivoire (9e, avec 8 %) et le Ghana (10e, avec 7,9 %).

Du surplace

Lire aussi :

Afrique subsaharienne : la croissance dépassera les 5% en 2014
Top 10 des prévisions de croissance des pays africains
Attractivité économique : le top 10 des pays africains selon le FT
Rapport : pour réduire la pauvreté, la croissance ne suffit pas

Ces chiffres sont pourtant en retrait par rapport aux prévisions du mois d’avril pour au moins trois raisons : la demande des pays industrialisés demeure anémique ; les flux de capitaux ont tendance à repartir vers le Nord ; enfin, les pays émergents, comme la Chine, sont confrontés à un ralentissement qui réduit mécaniquement leurs besoins en matières premières.

Deux pays en butte à des troubles internes sont en passe de tomber en récession : la Guinée-Bissau (- 1,5% en 2013 et – 1,9% en 2014) et la Centrafrique (- 14,5% et + 0,2 %). L’Érythrée (+ 1,1 % et + 1,9 %) et le Swaziland (0 % et + 0,3 %) font du surplace, ce qui, compte tenu de leur croissance démographique, signifie qu’ils s’appauvrissent.

Champions

Le reste du palmarès est plus qu’honorable, avec des taux compris entre 2 % (l’Afrique du Sud, handicapée par les grèves et la faiblesse de sa monnaie) et 24,7 % (le Soudan du Sud, qui partait de très bas). S’il fallait citer quelques champions, en plus des cinq précités, figureraient dans la liste l’Éthiopie (7 %), recordman d’Afrique de la décennie avec une croissance annuelle moyenne de 10,6 %, la Tanzanie (7 %), le Gabon (6,6 %), le Burkina Faso (6,5 %), la Gambie (6,4 %), le Niger, le Nigeria et la RD Congo (6,2 %).

Ces résultats sont d’autant plus remarquables qu’ils s’accompagnent d’un recul de l’inflation, désormais à un seul chiffre partout, grâce à une baisse des prix de l’alimentation et à des politiques monétaires prudentes.