Politique

Ban Ki-moon à Gaza pour réclamer la fin du blocus israélien

Par
Mis à jour le 21 mars 2010 à 11:21

En visite en Israël et dans les territoires palestiniens, le secrétaire général des Nations unies a voulu se rendre dans la bande de Gaza pour constater les dommages occasionnés par « Plomb durci ». Il a appelé, de nouveau, à une levée du blocus israélien qui asphyxie les Gazaouis.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’est rendu dans un quartier endommagé par l’offensive israélienne à Gaza, où il est arrivé dimanche 21 mars pour exprimer sa "solidarité" avec le peuple palestinien et demander la levée du blocus israélien. "J’ai dit clairement et de manière répétée aux dirigeants israéliens que leur politique de bouclage n’est pas tenable et qu’elle est mauvaise", a déclaré M. Ban à Khan Younès, dans le sud du territoire. "Elle inflige des souffrances humaines inacceptables à la population de Gaza. Cette politique est également contre-productive. Elle affaiblit les modérés et au contraire donne du pouvoir aux extrémistes", a-t-il souligné.

Il a été accueilli le matin à Gaza par un petit groupe de manifestants qui agitaient des drapeaux palestiniens. Des enfants palestiniens arboraient également des pancartes appelant à la réouverture des frontières de Gaza et à la levée du blocus imposé depuis 2007 par Israël. Le secrétaire général de l’ONU a pénétré dans la bande de Gaza via le terminal routier d’Erez, qui relie l’enclave palestinienne au territoire israélien. Il s’est immédiatement rendu dans un quartier de la ville de Gaza pour se rendre compte des destructions qui y ont été causées durant la dévastatrice offensive militaire israélienne ("Plomb durci" : 27 décembre 2008 – 18 janvier 2009) contre le mouvement islamiste palestinien Hamas qui contrôle la bande de Gaza.

Solidarité avec le peuple palestinien

"Je vais aller à Gaza (…) pour exprimer ma solidarité avec le sort du peuple palestinien qui vit là-bas et pour souligner la nécessité de mettre fin au blocus", avait déclaré Ban Ki-moon lors d’une visite en Cisjordanie occupéela veille. Le numéro un des Nations unies est en visite en Israël et dans les territoires palestiniens dans le cadre d’une tournée régionale au moment où les Etats-Unis s’efforcent de relancer le processus de paix via leur médiateur George Mitchell attendu dimanche à Jérusalem. Le chef de l’ONU, qui s’était dit "profondément inquiet de la dégradation de la situation humanitaire" à Gaza, doit visiter plusieurs zones frappées par l’armée israélienne et inaugurer des projets humanitaires récemment approuvées par Israël. La bande de Gaza, une étroite bande sablonneuse surpeuplée (1,5 million d’habitants, dont 85% dépendent de l’aide internationale), vit sous embargo israélien depuis sa prise de contrôle par le Hamas en juin 2007.

Lever le blocus

M. Ban avait dit "comprendre et partager" les inquiétudes d’Israël vis-à-vis du Hamas, tout en estimant que la poursuite du blocus "imposait des souffrances inacceptables" à la population civile. "Je suis certain que le blocus peut être levé tout en répondant aux légitimes préoccupations sécuritaires d’Israël", avait-il plaidé. M. Ban bénéficie d’une permission exceptionnelle des autorités israéliennes pour transiter via le territoire de l’Etat hébreu pour visiter Gaza.

Jusqu’à ces derniers jours, Israël avait presque fait cesser les tirs de roquettes palestiniennes de Gaza sur le sud de son territoire –le but de guerre déclaré de l’offensive militaire qui a fait plus de 1.400 morts chez les Palestiniens et 13 côté israélien. Toutefois, au moins huit roquettes ont été tirées de la bande de Gaza contre le sud d’Israël depuis le mileu de la semaine, dont une a tué un ouvrier agricole thaïlandais dans un kibboutz. Israël a risposté vendredi en bombardant trois cibles dans la bande de Gaza.