Politique

L’opposition à nouveau dans la rue

| Par AFP
Jean-Pierre Fabre principal candidat de l’opposition s’adresse aux journalistes, le 4 mars 2010.

Jean-Pierre Fabre principal candidat de l'opposition s'adresse aux journalistes, le 4 mars 2010. © AFP

Des milliers de partisans de l’opposition au Togo défilaient à nouveau samedi dans les rues de Lomé contre la réélection du président Faure Gnassingbé le 4 mars.

La marche, organisée par le Front républicain pour l’alternance et le changement (Frac), principale coalition d’opposition, est devenue un évènement hebdomadaire après la défaite de Jean-Pierre Fabre, principal adversaire du président sortant lors du scrutin à un tour.

Munis de pancartes « nous voulons notre président élu : Jean-Pierre Fabre » ou « Sauvons la démocratie », les manifestants sont partis du quartier populaire Bè, fief de l’opposition, et se dirigeaient dans le calme vers la plage de Lomé où doit avoir lieu un meeting.

Jean-Pierre Fabre était en tête du cortège encadré par des forces de l’ordre discrètes.

Le Frac avait soutenu M. Fabre lors de l’élection présidentielle remportée avec 60,88% des voix par Faure Gnassingbé, fils du défunt général Gnassingbé Eyadéma, selon les résultats officiels.

L’opposition a plusieurs fois manifesté à Lomé pour contester ces résultats, mais avait reporté sa marche prévue samedi dernier à la suite d’un accord avec le gouvernement, après des incidents survenus lors d’une veillée à la bougie.

Trente personnes ont été blessées le 24 mars à Lomé après cette veillée organisée par le Frac pour « enterrer le régime », qui a dégénéré en affrontements avec les forces de l’ordre, selon l’opposition. Aucun bilan officiel n’a été communiqué.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte