Politique

Vers une mission conjointe UA-ONU-Cédéao à Bissau

Deux émissaires de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont quitté samedi Abuja pour Dakar où il doivent retrouver des responsables de l’ONU et de l’Union africaine avec lesquels ils doivent se rendre en Guinée-Bissau, a indiqué un responsable.

Par
Mis à jour le 3 avril 2010 à 18:58

Le Premier ministre Carlos Gomes Junior (chemise bleue) a été libéré le 1er avril. © ONU

"Le président de la commission de la Cédéao et un autre responsable sont partis à Dakar et ils seront rejoints par le représentant de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le président de la commission de l’Union africaine (UA)", a déclaré un responsable de la Cédéao, sous couvert d’anonymat.

"Ils se rendront ensuite tous en Guinée-Bissau en raison de la situation là-bas", a déclaré ce responsable qui n’a pas été en mesure de préciser à quelle date cette équipe allait se rendre en Guinée-Bissau.

En Guinée-Bissau, la situation était "assainie" vendredi au lendemain du coup de force de militaires mutinés, a affirmé le Premier Ministre Carlos Gomes Junior, qui avait été lui-même arrêté, menacé de mort et placé en résidence surveillée.

Le souvenir de l’assassinat de Joao Bernardo Vieira

La Cédéao, qui compte 15 Etats membre et a son siège à Abuja, la capitale fédérale du Nigeria, a fermement condamné jeudi les "tentatives de déstabilisation" en Guinée-Bissau.

Elle a averti "les responsables" que leurs actes pourraient entraîner "une réponse forte de la Cédéao et de l’ensemble de la communauté internationale ainsi que des conséquences graves".

La Cédéao a rappelé qu’après l’assassinat en mars 2009 du président Joao Bernardo Vieira par des militaires, des élections avaient eu lieu en juin 2009 et des efforts étaient en cours pour stabiliser le pays.

Ex-colonie portugaise, la Guinée-Bissau est classée parmi les pays les plus pauvres du monde.