Elections

Présidentielle : le vice-président de l’Assemblée face à Kagamé

Paul Kagamé au village Urugwiro, le siège de la présidence, à Kigali, le 16 avril 2010. © Vincent Fournier pour J.A.

Le vice-président de l'Assemblée nationale du Rwanda, Jean Damascène Ntawukuriryayo, a été désigné candidat à la présidentielle du 9 août par le Parti social-démocrate. Il est le deuxième candidat à se déclarer après le président sortant, Paul Kagamé.

Jean Damascène Ntawukuriryayo, intellectuel hutu déjà présent sur la scène politique de son pays avant le génocide de 1994, et qui fut notamment ministre de la Santé sous le président Kagamé, a été désigné candidat samedi lors d’un congrès de sa formation, le Parti social-démocrate (PSD).

Le président du parti, Vincent Biruta, a confirmé mardi à l’AFP cette information parue dans la presse rwandaise.

L’universitaire est, après Kagamé, le deuxième candidat au prochain scrutin présidentiel oficiellement désigné par un parti reconnu par le gouvernement rwandais.

La lutte contre l’idéologie du génocide et l’unité du Rwanda au programme

Depuis la fin du génocide en 1994, il n’y a pas de divergences idéologiques majeures entre les partis agréés au Rwanda, qui affirment oeuvrer tous à l’unité des Rwandais, une constante du discours du parti au pouvoir, le Front patriotique rwandais (FPR).

Après sa désignation, M. Ntawukuriryayo a déclaré que le PSD avait ce qu’il fallait pour gagner et a insisté sur la nécessité de maintenir l’unité, promouvoir la réconciliation et lutter contre l’idéologie du génocide, des idées maîtresses du programme du FPR.

Dix partis sont reconnus au Rwanda, dont le dernier né, le Parti social (PS) Imberakuri, est en proie à de profondes divisions à sa tête.

Deux partis d’opposition, les Forces démocratiques unifiées (FDU) de Victoire Ingabire et le Parti démocratique vert n’ont pas encore réussi à se faire enregistrer.

Dans une déclaration commune, les FDU, le Parti démocratique vert et une faction du PS ont qualifié M. Ntawukuriryayo de "candidat comparse".

"Le Parti social-démocrate (PSD) dort dans le même lit que le FPR depuis 1994, et aux élections de 2003, le PSD a soutenu le candidat du FPR", écrivent les trois formations.

"Le PSD est satellite du FPR et n’a jamais été dans l’opposition depuis 1994. Il vient juste escorter et donner de la légitimité au candidat du FPR et faire croire à la communauté internationale que les élections sont libres et équitables", ajoutent les signataires.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte