Société

Mort de Floribert Chebeya : un colonel de la police passe aux aveux

Par
Mis à jour le 6 juin 2010 à 12:22

Le chef des services spéciaux de la police en RD Congo, arrêté avec d’autres policiers dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Floribert Chebeya, « est passé aux aveux et a mis en cause » son chef, a-t-on appris dimanche de source proche de la présidence.

"Le colonel Daniel Mukalay, chef des services spéciaux de la police, a été arrêté. Il est passé aux aveux. Il a dit qu’il était un exécutant et a mis en cause" le chef de la police, le général John Numbi, à déclaré à l’AFP une source proche de la présidence de la République.

Le colonel Mukalay "a révélé que lui n’avait aucun intérêt dans cette affaire et que l’autre (le général Numbi, ndlr) voulait se protéger contre la révélation de choses crapuleuses", a ajouté cette source sans autres précisions.

Coup de filet contre la police

Le général Numbi, qui a été suspendu de ses fonctions selon le ministre de l’Intérieur, "a été placé en résidence surveillée", selon la même source.

Le ministre de l’Intérieur a annoncé dimanche matin "l’arrestation de certains officiers de la police" dans le cadre de l’enquête sur la mort de M. Chebeya, sans préciser leur nombre.

Président de l’ONG la Voix des sans-voix (VSV), Floribert Chebeya, 47 ans, a été retrouvé mort mercredi matin à l’arrière de sa voiture sur une route de la capitale. Selon la police, il avait les mains liées derrière le dos, le pantalon et le sous-vêtement rabaissés sur les genoux.

Il avait disparu, avec son chauffeur qui n’a toujours pas été retrouvé, après avoir été mardi en fin de journée à l’inspection générale de la police, où il devait avoir un rendez-vous avec le chef de la police John Numbi, selon la VSV.