Défense

Législatives partielles sous haute sécurité

Des forces de sécurité surveillent un bureau de vote à Libreville, le 6 juin 2010.

Des forces de sécurité surveillent un bureau de vote à Libreville, le 6 juin 2010. © AFP

Un important déploiement de sécurité a encadré dimanche les opérations de vote à Libreville pour les législatives partielles où quatre ex-barons du régime devenus opposants tentent de reconquérir leur mandat.

Dans le bureau de vote de l’école Martine Oulabou dans le 2e arrondissement de Libreville, des "bérets rouges" (régiment parachutiste) ainsi que des policiers surveillaient les entrées et les sorties.

Deux candidats, l’ancien Premier ministre Jean Eyéghé Ndong, désormais membre de l’Union Nationale (opposition) et Paul Mba Abessole, un ex-opposant revenu à la majorité présidentielle, ancien ministre, ont voté dans ce bureau.

Un dipositif semblable a été déployé dans d’autres bureaux de vote de la capitale, selon des témoins.

Les bureaux de vote devaient fermer à 18h00 (17h00 GMT) à Libreville et dans les trois autres bureaux circonscriptions en jeu.

Résultats officiels lundi ou mardi

L’ex-ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, officiellement 3e de la présidentielle de 2009 remporté par Ali Bongo, part grand favori dans sa circonscription de Medouneu (Woleu-Ntem, nord).

Selon de nombreux observateurs, la tâche sera plus dure à Ntoum (40 km de Libreville), pour l’ancien Premier ministre Casimir Oyé Mba. Ce dernier affronte Julien Nkoghé Bekalé, actuel ministre des Mines qui devrait profiter du soutien du Premier ministre Paul Biyoghé Mba, bien implanté dans le secteur.

Ex-baronne du Parti démocratique gabonais (PDG, fondé par Omar Bongo), Paulette Missambo, affronte quant à elle l’actuel ministre de l’Energie, Régis Immongault à Lastourville (centre).

Les poids lourds ont perdu leur mandat en quittant le PDG, la loi prévoyant qu’on ne conserve pas son siège si on quitte le parti sous la bannière duquel on a été élu.

Les résultats officiels ne devraient être connus que lundi ou mardi selon la Commission éléctorale nationale autonome et permanente (Cenap). Des premières tendances devraient toutefois être connues sur Libreville dimanche en fin de soirée, selon les deux camps.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte