Politique

L’opposant Agathon Rwasa « évanoui dans la nature »

Le chef de l’ex-rébellion hutu des Forces nationales de libération (FNL) et principal leader de l’opposition, Agathon Rwasa, a disparu du Burundi, mercredi. D’après un responsable des services de sécurité, il se serait rendu dans l’est de la RD Congo.

Par
Mis à jour le 23 juin 2010 à 13:21

Agathon Rwasa, chef de l’ex-rébellion hutu des Forces nationales de libération (FNL) et principal leader de l’opposition au Burundi, "s’est évanoui dans la nature" mercredi et aurait trouvé refuge dans l’est de la RD Congo, selon une source au sein des services de sécurité.

Interrogés par l’AFP, plusieurs responsables des FNL se sont refusé à tout commentaire.

Sans son escorte policière

"Ce matin vers 4H30 (2H30 GMT), Agathon Rwasa a quitté sa maison de Kiriri (quartier huppé de Bujumbura) en prétendant aller à l’église", a indiqué à l’AFP un haut responsable des services de sécurité, s’exprimant sous couvert d’anonymat.

"Il aurait embarqué à bord d’un véhicule qui l’attendait et depuis lors nous ne savons pas où il est", a reconnu ce responsable.

L’ex-chef rebelle se déplaçait d’habitude avec une escorte policière d’une dizaine d’hommes, "mais cette fois il a exigé d’être accompagné par un seul policier en tenue civile", selon la même source.

M. Rwasa reste depuis lors introuvable, la police qui est en charge de sa sécurité n’a aucune information exacte sur sa localisation, a confirmé un autre responsable des services de sécurité, également sous couvert d’anonymat.

"Il serait passé dans l’est de la RDC (République démocratique du Congo) via un groupe Maï-Maï local", a avancé ce même responsable.

Ces informations ont été confirmées par plusieurs sources diplomatiques à Bujumbura. "Toutes les informations que nous avons (. . . ) indiquent qu’Agathon Rwasa s’est évanoui dans la nature", a indiqué l’un de ces diplomates.

Les FNL, l’un des deux grands mouvements rebelles hutu du pays avec le CNDD-FDD (aujourd’hui au pouvoir), avait déposé les armes en avril 2009 au terme de longues négociations pour rejoindre le processus de paix en cours au Burundi, après treize ans de guerre civile.