Santé

Un revers pour Pfizer

| Par AFP
Siège social du laboratoire pharmaceutique américain Pfizer à New York.

Siège social du laboratoire pharmaceutique américain Pfizer à New York. © AFP

La Cour suprême des États-Unis a refusé d’examiner l’appel déposé par Pfizer, qui lui demandait de casser un jugement favorable à des familles nigérianes. Celles-ci accusent le laboratoire pharmaceutique d’avoir testé un antibiotique sur leurs enfants sans autorisation.

Ce faisant, la Cour Suprême a confirmé la décision d’une Cour d’appel de New York rétablissant une action en justice contre Pfizer, accusé de s’être livré à un essai clinique illégal de son antibiotique Trovan (trovafloxacine) sur des enfants.

« Une décision de procédure »

Pfizer aurait pratiqué cet essai clinique en 1996 sur plusieurs centaines d’enfants et nourrissons lors d’une épidémie de méningite et de rougeole dans l’État nigérian de Kano (Nord).

La firme pharmaceutique assure avoir obtenu l’accord oral des familles des enfants, ce que nient ces dernières qui affirment que le Trovan serait responsable du décès d’au moins onze enfants et de dommages physiologiques pour 189 autres.

Dans un communiqué, Pfizer s’est dit "déçu" de ce rejet de la Cour suprême, tout en soulignant qu’il ne s’agissait pas "d’un refus s’appuyant sur le fondement de ces actions en justice, mais plutôt d’une décision de procédure".

Pfizer "persiste à croire que la décision de la Cour d’appel à New York représente un élargissement sans précédent du droit international, qui permet à des ressortissants étrangers d’entreprendre des actions en justice devant les tribunaux américains".

"Pfizer est prêt à présenter sa défense devant le tribunal et demeure confiant qu’il finira pas obtenir gain de cause", ajoute le communiqué.

En juillet 2009, après deux ans de bataille juridique, Pfizer et l’État de Kano avaient annoncé un accord à l’amiable de 75 millions de dollars pour mettre fin à cette affaire.

Cet accord prévoyait un dédommagement de 35 millions de dollars pour les victimes et un arrêt des poursuites contre le groupe américain, numéro un mondial de la pharmacie, par le gouvernement de Kano.

Cependant, le mois dernier, le cabinet d’avocats Streamsowers & Kohn, qui représente les familles des 192 victimes, avait annoncé que celles-ci rejetaient l’offre de dédommagements, en raison de tests ADN menés par Pfizer pour vérifier qui a effectivement droit à ces compensations.

Les avocats des familles font valoir que ces tests ne sont pas accompagnés d’une vérification indépendante. Ils ont saisi la Haute cour d’Abuja, au Nigeria, pour qu’elle ordonne l’arrêt des tests, mais celle-ci n’a pas encore rendu sa décision.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer