Droits de l’homme

Les diamants du sang au profit des victimes de la guerre civile ?

Examen de diamants bruts à la Banque Centrale de la Sierra Leone, le 10 août à Freetown. © AFP

La commissaire aux droits de l'homme en Sierra Leone veut que les diamants reçus par Naomi Campbell lors d'un dîner auquel assistait Charles Taylor servent à financer l'aide aux victimes de la guerre civile, qu'il est accusé d'avoir soutenue en échangeant des armes contre des diamants.

La commissaire sierra-léonaise aux droits de l’homme a demandé le retour dans son pays des diamants qui auraient été offerts au mannequin Naomi Campbell par l’ancien président libérien, Charles Taylor, jugé à La Haye pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Yasmin Jusu-Sheriff a indiqué à la presse qu’elle avait demandé au gouvernement sierra-léonais et au Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) qui juge Taylor « de contacter le gouvernement sud-africain pour que les diamants soient rendus à la Sierra Leone ».

Lors de son témoignage devant le TSSL, Naomi Campbell avait affirmé la semaine dernière avoir reçu « deux ou trois » diamants bruts, qu’elle a décrits comme « des pierres ayant un aspect sale », après un dîner en 1997 en Afrique du Sud auquel participait Charles Taylor. Elle a assuré avoir donné ces pierres à Jeremy Ractliffe, ancien directeur du Fonds sud-africain d’aide à l’enfance Nelson Mandela qui les a lui-même remis la semaine dernière à la police sud-africaine.

Fonds d’aide aux victimes de guerre

« Nous voulons que les diamants soient rendus afin de les vendre et que l’argent soit placé dans le Fonds des victimes de guerre du pays », a précisé Mme Jusu-Sheriff.

Selon elle, le Fonds d’aide aux victimes de la guerre ne dispose que « de 44 000 dollars » (38 000 euros). Elle a ajouté que c’était loin d’être suffisant pour aider les milliers de victimes de viols, amputations et tortures de la guerre civile qui a ravagé la Sierra Leone de 1991 à 2001 et a fait quelque 120 000 morts.

Mme Jusu-Sheriff a comparé ces 44 000 dollars du Fonds créé en 2009, fournis presque exclusivement par le gouvernement de Sierra Leone, « aux 82 millions de dollars déjà dépensés pour le procès de Taylor ». Elle a affirmé qu’elle avait « également écrit à Naomi Campbell et Mia Farrow pour leur demander de faire des donations au Fonds ». L’actrice américaine, présente au dîner de 1997 en Afrique du Sud, a également témoigné devant le TSSL.

En tant qu’ex-président du Liberia, voisin de la Sierra Leone, Charles Taylor est accusé d’avoir participé à cette guerre par son soutien à la rébellion responsable de ces atrocités, principalement financée par les « diamants du sang ».

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte