Société

Aqmi accentue la pression sur les otages espagnols

| Par AFP
Image des otages espagnols Albert Vilalta et Roque Pascual diffusée le 12 mars 2010.

Image des otages espagnols Albert Vilalta et Roque Pascual diffusée le 12 mars 2010. © AFP

Encore considérés il y a peu comme faiblement exposés aux risques d’une exécution, les Espagnols otages d’Aqmi sont désormais directement menacés.

La branche radicale d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dirigée par l’Algérien Abou Moussab Abdelwadoud qui a exécuté deux otages occidentaux, menace la vie de deux autres otages, des Espagnols, détenus par un autre groupe d’Aqmi, selon des sources concordantes.

"Abou Moussab Abdelwadoud fait tout actuellement pour mettre en danger la vie des deux otages espagnols", a indiqué un responsable du canal traditionnel malien qui mène les négociations en vue de la libération des otages dans le Sahel.

"Il fait pression" sur Mokhtar Benmokhtar, alias Belawar, chef de l’unité d’Aqmi "qui détient les deux otages espagnols, pour ne pas les libérer. C’est une réaction contre le dernier raid franco-mauritanien", a ajouté ce responsable, affirmant que "de jour en jour, les pressions se font sentir". "Benmokhtar résiste, mais il peut rapidement être dépassé par les évènements", selon ce responsable.

Une autre source régionale, non malienne, également impliquée dans les tractations en vue de la libération des deux ressortissants espagnols, a confirmé l’information. "Certains pensent que c’est une technique de négociation, mais il faut prendre la menace au sérieux. Abou Moussab Abdelwadoud, après le raid franco-mauritanien, met la pression sur Benmokhtar pour empêcher la libération des deux Espagnols. Leur cas peut très rapidement s’aggraver", a expliqué cette source.

Préoccupartions plus financières que religieuses

Le groupe de Mokhtar Benmokhtar retient toujours en otage les Espagnols Albert Vilalta et Roque Pascual, enlevés le 29 novembre 2009 en Mauritanie et emmenés au Mali. Il avait libéré en mars Alicia Gamez, enlevée en même temps qu’eux.

Jusqu’à présent, le sort des deux otages espagnols suscitait moins d’inquiétude que celui des otages exécutés (un Britannique et un Français) par le groupe armé car les motivations de Benmokhtar sont essentiellement financières, non religieuses, selon des experts d’Aqmi.

Aqmi a renvendiqué le 25 juillet l’exécution d’un otage français, Michel Germaneau, 78 ans, après l’échec d’un raid militaire franco-mauritanien mené au Mali le 22 juillet pour tenter de le retrouver et au cours duquel sept djihadistes avaient été tués. Le groupe armé avait déjà exécuté il y a quatorze mois un autre otage occidental, le Britannique Edwin Dyer.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte