Politique

Blaise Compaoré veut remettre la Ceni en ordre de marche

| Par AFP
Le président burkinabè Blaise Compaoré à Ouagadougou, le 3 septembre 2010.

Le président burkinabè Blaise Compaoré à Ouagadougou, le 3 septembre 2010. © AFP

Médiateur dans la crise guinéenne, Blaise Compaoré s’attelle à résoudre la crise de la Ceni, préambule nécessaire à la reprise du processus électoral.

Le président burkinabè Blaise Compaoré est « déterminé » à trouver une solution pour permettre la tenue du second tour de la présidentielle en Guinée, prévu le 24 octobre mais suspendu à la crise au sein de la commission électorale (Ceni), a indiqué vendredi 15 octobre un responsable onusien.

Blaise Compaoré, médiateur dans la crise guinéenne, « a réitéré sa détermination (…) à aider les Guinéens à trouver la voie qu’il faut pour la tenue des élections dans des conditions pacifiques », a déclaré le représentant de l’ONU en Afrique de l’Ouest Saïd Djinnit. Il s’exprimait devant la presse après un entretien à Ouagadougou avec le chef de l’Etat burkinabè, en compagnie du président de la Commission de la Cédéao (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) James Victor Gbeho.

« Nous sommes en train de chercher les solutions pour résoudre la crise que traverse la Ceni » a confirmé l’entourage de M. Compaoré, sans plus de précision.

Le 24 octobre, les Guinéens doivent départager l’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo, qui avait obtenu 43% des voix au premier tour, et l’opposant historique Alpha Condé (18%). Mais une ombre plane sur le scrutin, car le parti de M. Diallo a récusé l’élection du syndicaliste Louncény Camara à la présidence de la Ceni, en l’accusant notamment d’avoir manœuvré en faveur du candidat Alpha Condé.
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte