Politique

Blaise Compaoré veut remettre la Ceni en ordre de marche

Médiateur dans la crise guinéenne, Blaise Compaoré s’attelle à résoudre la crise de la Ceni, préambule nécessaire à la reprise du processus électoral.

Par
Mis à jour le 16 octobre 2010 à 13:00

Le président burkinabè Blaise Compaoré à Ouagadougou, le 3 septembre 2010. © AFP

Le président burkinabè Blaise Compaoré est "déterminé" à trouver une solution pour permettre la tenue du second tour de la présidentielle en Guinée, prévu le 24 octobre mais suspendu à la crise au sein de la commission électorale (Ceni), a indiqué vendredi 15 octobre un responsable onusien.

Blaise Compaoré, médiateur dans la crise guinéenne, "a réitéré sa détermination (…) à aider les Guinéens à trouver la voie qu’il faut pour la tenue des élections dans des conditions pacifiques", a déclaré le représentant de l’ONU en Afrique de l’Ouest Saïd Djinnit. Il s’exprimait devant la presse après un entretien à Ouagadougou avec le chef de l’Etat burkinabè, en compagnie du président de la Commission de la Cédéao (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) James Victor Gbeho.

"Nous sommes en train de chercher les solutions pour résoudre la crise que traverse la Ceni" a confirmé l’entourage de M. Compaoré, sans plus de précision.

Le 24 octobre, les Guinéens doivent départager l’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo, qui avait obtenu 43% des voix au premier tour, et l’opposant historique Alpha Condé (18%). Mais une ombre plane sur le scrutin, car le parti de M. Diallo a récusé l’élection du syndicaliste Louncény Camara à la présidence de la Ceni, en l’accusant notamment d’avoir manœuvré en faveur du candidat Alpha Condé.