Politique

L’opposition dénonce la guerre contre Aqmi menée par le président Ould Abdelaziz

Un groupement de plusieurs partis politiques mauritaniens a vivement dénoncé la « guerre » contre Aqmi menée par le président Abdelaziz, critiquant le fait qu’elle serait, en réalité, « dictée de l’extérieur ».

Par
Mis à jour le 1 novembre 2010 à 18:36

Capture d’écran d’une vidéo des sept otages enlevés au Niger en septembre 2010. © AFP

La Coordination de l’opposition démocratique (COD) en Mauritanie a estimé dimanche que la "guerre" menée par le gouvernement mauritanien contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans le nord du Mali avait pris la forme "d’une aventure aux conséquences graves".

"Nous assistons à une déclaration de guerre contre Al-Qaïda, une véritable aventure aux conséquences graves pour le pays", a affirmé le président de la COD, Mohamed Ould Moloud, au cours d’une conférence de presse. "Nous avons toujours soutenu la lutte contre le terrorisme menée par les Mauritaniens, mais ce qui se passe aujourd’hui procède visiblement d’une stratégie dictée de l’extérieur" a-t-il accusé, en faisant clairement allusion à la France.

L’armée mauritanienne a mené deux attaques, en juillet et en septembre, contre des unités d’Aqmi dans le nord du Mali. La France avait reconnu que des soldats français s’étaient joints à la première offensive.

Contre "la guerre par procuration"

Les partis de la COD sont contre "la guerre par procuration, la présence militaire étrangère dans le pays et des expéditions de notre armée à l’extérieur de nos frontières", a déclaré M. Ould Moloud. "Nous demandons à nos amis étrangers de nous laisser gérer cette lutte contre le terrorisme suivant nos procédés et dans un cadre consensuel, non à travers leur vision qui ignore la complexité de la réalité locale", a-t-il ajouté.

Au cours d’un "forum sur le terrorisme" fin octobre, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz avait accusé certains "activistes politiques" parmi ses opposants de "donner crédit aux thèses des terroristes, croyant que cela pouvait contribuer à leur accession au pouvoir".

Le président avait affirmé que l’armée mauritanienne avait décidé de "porter le champ des combats au niveau des repaires des assaillants terroristes" (dans le nord du Mali) et avait remercié le Mali pour sa "coopération" dans ce cadre. Les principaux partis de l’opposition avaient boycotté ce forum.