Société

Arrestation d’islamistes adeptes de la « pensée extrémiste »

Une vingtaine d’islamistes ont été arrêtés dans le Sinaï après la mort de leur chef, le leader de l’Armée de l’islam tué par Tsahal. Ils auraient eu pour projet d’enlever des ressortissants de l’État hébreu.

Par
Mis à jour le 12 novembre 2010 à 15:45

Les services de sécurité égyptiens ont arrêté au cours des derniers jours dans le Sinaï une vingtaine d’islamistes soupçonnés d’"adhérer à une pensée extrémiste", a indiqué vendredi 12 novembre un responsable de ces services. Cette annonce intervient au lendemain d’un appel du Conseil de sécurité nationale israélien invitant les touristes israéliens dans le Sinaï à quitter le territoire égyptien, affirmant qu’ils pouvaient être la cible d’enlèvements par des groupes islamistes.

"De 20 à 25 islamistes ont été arrêtés cette semaine dans différentes villes du Sinaï. Ils sont soupçonnés d’adhérer à une pensée extrémiste", a déclaré un responsable des services de sécurité sous le couvert de l’anonymat. Il a affirmé que les islamistes étaient actuellement interrogés, sans plus de précisions sur leurs activités. Des témoins ont indiqué que des ordinateurs et des livres avaient été saisis lors des arrestations.

Israël cible de de l’Armée de l’islam

Jeudi, le Conseil de sécurité nationale a averti les touristes israéliens que des membres de l’Armée de l’islam, un groupe extrémiste lié au réseau d’Al-Qaïda, se trouvaient dans le Sinaï et projetaient des enlèvements d’Israéliens.

L’organisme a précisé que Mohammad Jamal al-Nemnem, chef d’un groupe armé islamiste palestinien tué la semaine dernière par l’armée israélienne à Gaza, était lié aux projets d’attaque dans le Sinaï. Ce Palestinien de 27 ans a été tué le 3 novembre dans une opération israélienne près du quartier général de la police dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas.

L’armée israélienne a reconnu sa responsabilité dans la mort du chef du groupe salafiste Armée de l’islam, affirmant qu’il était impliqué dans l’organisation d’attaques anti-israéliennes dont l’une visait également "des cibles américaines".