Justice

Laayoune : des militants poursuivis pour « atteinte à la sûreté de l’État »

Les forces marocaines démantèlent un campement de contestataires près de Laayoune. © AFP

Près de cent personnes ont été inculpées dans la journée de samedi par le parquet de Laayoune, après le démantèlement d'un camp de contestataires au Sahara occidental qui a fait plusieurs morts et blessés, du côté sahraoui comme du côté des forces de l'ordre marocaines.

Quatre-vingt seize personnes sont poursuivies pour avoir commis des violences lors du démantèlement d’un campement de contestataires près de Laayoune au Sahara occidental, selon un nouveau communiqué du parquet marocain publié samedi 13 novembre au soir.

Le parquet de Laayoune a décidé samedi soir d’inculper 36 nouvelles personnes sous l’accusation notamment de mise à feu et de destruction de biens publics et privés, selon le communiqué. Trois d’entre elles "sont accusées d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat". Le précédent communiqué avait fait état samedi matin de l’arrestation de 67 personnes, dont 60 ont été présentées au parquet.

Sept d’entre elles ont été relachées alors que six autres ont été déférées devant le directeur de la justice militaire, selon le parquet. Parmi ces six personnes figure l’activiste Annâama Asfari, 40 ans, selon une source proche des indépendantistes sahraouis.

Le Maroc avait fait récemment état de 163 arrestations après l’intervention lundi des forces de l’ordre contre le campement de toile à Lâayoune. Des milliers de Sahraouis s’y étaient installés depuis la mi-octobre pour protester contre leurs conditions de vie.

Fausses photos

Les autorités marocaines ont par ailleurs protesté samedi soir contre la diffusion par une agence et une télévision espagnoles de "fausses" photos présentées comme étant celles des violences à Laayoune.

Il s’agit "d’un trucage de photos et d’une manipulation destinées à induire en erreur le public espagnol", a déclaré à l’AFP un responsable du ministère de la Communication.

Le bilan officiel marocain des violences de Laayoune était vendredi de douze morts dont 10 parmi les forces de l’ordre. Le Front Polisario a accusé Rabat d’avoir fait des "dizaines" de morts, lors de ces violences.

Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental a été annexé en 1975 par le Maroc. Le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, réclame l’indépendance de ce territoire via un référendum d’autodétermination tandis que le Maroc propose une autonomie sous sa souveraineté, refusant toute indépendance.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte