Politique

Thabo Mbeki à Abidjan pour une « mission d’urgence »

| Par AFP
L'ancien président sud-africain Thabo Mbeki.

L'ancien président sud-africain Thabo Mbeki. © APA

L’ex-président sud-africain Thabo Mbeki, envoyé en « mission d’urgence » par l’Union africaine, est arrivé dimanche matin à Abidjan pour tenter de trouver une issue à la grave crise post-électorale en Côte d’Ivoire, a-t-on appris de source aéroportuaire.

M. Mbeki est arrivé vers 09H00 (locales et GMT) à l’aéroport d’Abidjan, a indiqué à l’AFP cette source, une exception à la fermeture des frontières, notamment aériennes, décidée cette semaine par l’armée dans un climat de forte tension.

Il a été accueilli par les services diplomatiques sud-africains, en l’absence d’officiels ivoiriens, selon la même source.

L’Union africaine avait annoncé samedi l’avoir envoyé en "mission d’urgence" pour "trouver une solution légitime et pacifique à la crise".

Deux "présidents"

Selon une source officielle ivoirienne, M. Mbeki devait rencontrer les protagonistes de la crise née de la présidentielle du 28 novembre, le sortant Laurent Gbagbo et son rival Alassane Ouattara, soutenu par la communauté internationale, qui se revendiquent tous deux présidents de la République.

Ironie de l’histoire: c’est sous la pression de M. Mbeki, alors médiateur, que M. Gbagbo avait validé en 2005 la candidature présidentielle de l’ex-Premier ministre Ouattara, dont l’exclusion pour "nationalité douteuse" du scrutin de 2000 est au coeur de la crise ivoirienne.

M. Gbagbo a été proclamé vainqueur de la présidentielle avec 51,45% des suffrages par un Conseil constitutionnel acquis à sa cause, qui avait invalidé les résultats de la Commission électorale indépendante (CEI) donnant son rival en tête avec 54,1%.

Solennellement investi samedi lors d’une cérémonie au palais présidentiel, M. Gbagbo s’est posé en garant de la "loi" et du "droit" et en défenseur intraitable de la souveraineté du pays qu’il dirige depuis dix ans.

Mais son rival ne désarme pas et, nouveau coup de théâtre d’une folle semaine, a lui aussi prêté serment samedi par un courrier adressé au président du Conseil constitutionnel.

Alassane Ouattara s’appuie sur le soutien des Nations unies, des Etats-Unis, de l’Union européenne, de la France et de l’Union africaine, qui ont avalisé les résultats de la CEI et reconnu sa victoire.

L’attitude des Forces nouvelles

L’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), qui contrôle le nord du pays depuis son putsch manqué de septembre 2002, est également de son côté.

Chef du gouvernement de M. Gbagbo depuis l’accord de paix de 2007, le leader des FN Guillaume Soro a reconnu l’élection de M. Ouattara, à qui il a remis sa démission et celle de son gouvernement. Il a été aussitôt reconduit dans ses fonctions.

Il y a urgence à trouver une solution alors que le pays, coupé en deux depuis huit ans, se retrouve avec deux présidents et que leurs partisans pourraient être tentés de se radicaliser, plongeant le pays dans le chaos.

Déjà, des violences ont fait samedi au moins deux morts à Abidjan, mais des bilans non confirmés de source indépendante font état de victimes plus nombreuses.

Dans la capitale économique, des centaines de sympathisants d’Alassane Dramane Ouattara ont crié samedi leur colère de ne pas voir "ADO" président, comme ils le surnomment, dressant des barricades et incendiant des pneus.

Signe de l’inquiétude que la crise actuelle inspire à l’étranger, le département d’Etat américain a appelé ses ressortissants à éviter tout voyage en Côte d’Ivoire, pour cause de "probabilité accrue de troubles politiques et de potentielles violences".

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte