Politique

Les Arabes veulent saisir le Conseil de sécurité

Par
Mis à jour le 16 décembre 2010 à 10:15

Les Arabes ont rejeté mercredi toute reprise des négociations israélo-palestiniennes sans une « offre sérieuse » des États-Unis garantissant la fin du conflit, et annoncé leur intention de saisir le Conseil de sécurité de l’ONU sur la colonisation juive.

Ces prises de position ont été publiées à l’issue d’une réunion du comité de suivi du processus de paix au sein de la Ligue arabe, en présence du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

« Le comité a décidé que le chemin des négociations est devenu inefficace et décidé de ne pas reprendre les négociations. La reprise des négociations est conditionnée par une offre sérieuse garantissant la fin du conflit israélo-arabe », a dit le chef de la Ligue arabe Amr Moussa, lisant un communiqué lors d’une conférence de presse.

Le texte ne précise pas de qui devrait venir l’offre, mais il s’agit tout vraisemblablement des États-Unis.

M. Abbas avait demandé une réunion d’urgence du comité afin d’examiner les réponses à donner face à l’impasse du processus de paix et aux tentatives américaines de le relancer, après l’échec des États-Unis à obtenir d’Israël un gel de la colonisation en Cisjordanie occupée.

La secrétaire d’État américaine Hillary Clinton avait ensuite proposé de reprendre des négociations « indirectes », exhortant les deux parties à s’attaquer « sans retard » aux questions de fond (frontières, réfugiés, Jérusalem).

Les négociations de paix directes avaient été relancées le 2 septembre à Washington après 20 mois de blocage. Elles ont été suspendues fin septembre en raison du refus israélien de prolonger un gel de la colonisation, une exigence des Palestiniens pour les reprendre.

Obtenir l’arrêt de la colonisation via le Conseil de sécurité

Le comité de suivi a ainsi annoncé son intention de saisir le Conseil de sécurité de l’ONU pour tenter d’obtenir une résolution ordonnant l’arrêt de la colonisation juive dans les territoires palestiniens occupés.

Il a été décidé « d’activer la décision du comité de suivi d’exposer la question de la colonisation israélienne de nouveau devant le Conseil de sécurité et d’otenir une résolution disant -entre autres- le caractère […] illégal de cette activité et obligeant Israël à l’arrêter », selon le texte.

« Le comité demande aux États-Unis de ne pas entraver ces efforts », ajoute-t-il.

Selon un responsable palestinien sous le couvert de l’anonymat, l’émissaire américain George Mitchell a proposé des discussions parallèles des négociateurs israéliens et palestiniens avec les États-Unis pendant six semaines, notamment sur les questions de sécurité.

M. Mitchell, qui a entamé lundi une nouvelle tournée régionale, s’est entretenu au Caire avec le président Hosni Moubarak, Amr Moussa ainsi que le Premier ministre qatari cheikh Hamad ben Jassem ben Jabr Al-Thani, qui préside le comité de suivi arabe.

« Les parties ont indiqué qu’elles voulaient que les États-Unis continuent leurs efforts et dans les jours à venir nos discussions avec elles seront substantielles », a affirmé M. Mitchell.

Il s’agira de discussions séparées « en vue de faire des réels progrès dans les tout prochains mois sur les questions-clés d’un accord-cadre », a-t-il dit.

Mardi à Ramallah en Cisjordanie, M. Mitchell avait présenté à M. Abbas les dernières « idées » de l’administration Obama pour tenter de sauver le processus de paix, en reconnaissant l’existence de « très nombreuses difficultés ».

À Gaza, le mouvement islamiste Hamas, hostile à toute négociation avec Israël, a estimé que la réunion de la Ligue arabe était « une couverture pour l’échec de l’Autorité palestinienne ».