Politique

Le documentaire « Françafrique » provoque des remous dans la politique intérieure

Le président gabonais Ali Bongo, au Conseil de sécurité de l'Onu à New York le 23 septembre. © AFP

Les propos d'un ancien conseiller Afrique auprès de l'Élysée, diffusés dans un documentaire sur les relations franco-africaines, ont enflammé l'opinion gabonaise. Il y évoque la possibilité d'un trucage de l'élection présidentielle de 2009. L'opposition réclame le départ d'Ali Bongo Ondimba.

Le président de l’Union nationale (UN), un des deux principaux partis d’opposition du Gabon, a demandé samedi 18 décembre la démission du président Ali Bongo Ondimba et l’arrêt de la révision de la Constitution. "L’Union nationale demande la démission d’Ali Bongo Ondimba et rejette son projet de révision de la Constitution", a affirmé Zacharie Myboto lors d’un meeting rassemblant un peu plus d’un millier de personnes au siège de son parti à Libreville.

Citant le documentaire "Françafrique" diffusé en décembre par la chaine publique française France2, M. Myboto a affirme: "Un extrait du documentaire (…) montre des autorités françaises (…) qui déclarent que l’élection présidentielle d’août 2009 remportée par Ali Bongo, fils d’Omar Bongo décédé en juin, a été bien truquée. Ces mêmes autorités confirment que c’est bel et bien André Mba Obame (actuel secrétaire exécutif de l’UN) qui avec 42% des suffrages a été élu président de la République".

"Ali Bongo n’a pas gagné il doit partir"

Un orateur a promis de distribuer mille DVD à la foule de l’extrait en question. Dans cet extrait, Michel de Bonnecorse, ex-conseiller Afrique du président français Jacques Chirac affirme que les résultats ont été inversés. Michel de Bonnecorse a depuis parlé de "montage" de ses propos affirmant: "Je disais que la dernière rumeur du jour (…) c’était que c’était inversé (le résultat). En aucune façon, je n’ai endossé cette affaire, mais j’ai sans doute été maladroit".

"Ali Bongo n’a pas gagné il doit partir (…) Non à l’usurpation, non à la dictature non à toute forme de monarchisation du Gabon", a poursuivi M. Myboto.

Le président de l’UN a également demandé le soutien de la communauté internationale en vue des législatives de 2011. Pour lui, la révision en cours de la Constitution qui prévoit notamment "l’attribution de pouvoirs exceptionnels au président en cas de force majeure sans contrôle du parlement" montre qu’il y a une "volonté farouche de se maintenir coûte que coûte au pouvoir (…) C’est un recul des libertés publiques".

Coup d’État électoral "à l’ivoirienne"

Plusieurs centaines de ses militants ont manifesté dans le calme devant l’Assemblée nationale, déserte le week-end, avec des banderoles sur lesquelles était écrit: "Sarkozy, Obama, Ping (président UA), Ban Ki-Moon. Gabon Côte d’Ivoire: deux poids deux mesures" ou "Communauté internationale, rendez-nous notre victoire. Y a pas que la Côte d’Ivoire".

"Si Gbagbo (le président de la Côte d’Ivoire) part, Ali (Bongo) doit partir". La France et Sarkozy mettent la pression à Gbagbo mais pourquoi Sarkozy n’a pas fait ça à Bongo. Ici aussi il y a eu un coup d’Etat électoral", a affirmé à l’AFP, Pierre, un militant de 37 ans.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte