Dossier

Cet article est issu du dossier «Afrique : la bombe WikiLeaks»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

WikiLeaks : Harare va enquêter sur les « traîtres » qui ont parlé aux Américains

Robert et Grace Mugabe, le 11 août à Shanghai.

Robert et Grace Mugabe, le 11 août à Shanghai. © AFP

La justice du Zimbabwe va enquêter sur les complicités qui ont conduit à des révélations embarrassantes pour le gouvernement par le site WikiLeaks, a annoncé samedi le procureur général Johannes Tomana.

Il a précisé dans un entretien avec le journal Herald qu’une commission à cet effet serait créée immédiatement.

"Wikileaks semble révéler des relations de complicité entre des citoyens du Zimbabwe et l’agression du monde extérieur, notamment de la part des Etats-Unis", a assuré M. Tomana.

M. Tomana fait l’objet de sanctions individuelles de la part de Washington, comme nombre de proches du président Robert Mugabe.

Wikileaks avait notamment publié des câbles diplomatiques américains qui impliquaient la femme de Mugabe dans le commerce illicite de diamants.

Grace Mugabe a demandé 15 millions de dollars de dommages à un hebdomadaire zimbabwéen qui a reproduit les allégations contenues dans les messages diplomatiques.

Lire les autres articles du dossier

«Afrique : la bombe WikiLeaks»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte