Politique

André Mba Obame continue le combat pour être reconnu président du Gabon

Par
Mis à jour le 27 février 2011 à 12:18

André Mba Obame, qui se considère comme le président élu du Gabon, a quitté son refuge des Nations unies. Mais il ne « renonce pas » et entend bien se faire reconnaître comme le chef de l’État légitime.

L’opposant André Mba Obame, qui s’est autoproclamé président du Gabon le 25 janvier, a quitté dimanche 27 février, sans être inquiété par la police, l’agence onusienne de Libreville où il était réfugié depuis cette date, a constaté un journaliste de l’AFP.

M. Mba Obame ainsi que la trentaine de personnes -le "gouvernement" et des cadres de son parti l’Union nationale- de la délégation ont quitté à 10h15 (09h15 GMT) le siège du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) en voiture.

Ils ont été salués par une cinquantaine de militants et autant de policiers et gendarmes qui ne sont pas intervenus.

M. Mba Obame a donné rendez-vous à ses sympathisants au siège de l’Union nationale où il devait se rendre dans la matinée. Plusieurs dizaines de militants se trouvaient déjà au siège du parti qui était surveillé par des policiers anti-émeute, a constaté un journaliste de l’AFP.

"Nous voulions attirer l’attention des Nations unies"

Samedi soir, M. Mba Obame avait affirmé à l’AFP qu’il avait rencontré vendredi et samedi des émissaires du secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki-moon, venus à Libreville.

"On n’avait pas vocation à s’éterniser au Pnud. On n’était pas venu se cacher. Nous voulions attirer l’attention des Nations unies sur la situation au Gabon", a poursuivi AMO, qualifiant son action de "belle et grande victoire. Une belle avancée".

"L’objectif de ce point de vue est rempli. Nous nous félicitons que le secrétaire général de l’ONU ait réagi en déplaçant de hauts fonctionnaires. Nous sommes honorés", avait-il ajouté.

"Je me considère toujours comme le président élu"

M. Mba Obame s’est autoproclamé président le 25 janvier après être rentré au Gabon fin décembre et a nommé son "gouvernement". Il était réfugié depuis cette date au Pnud avec une trentaine de personnes dont son "gouvernement" et des cadres de son parti l’Union nationale.

Ex-ministre de l’Intérieur, ex-baron du parti au pouvoir et actuellement député, André Mba Obame revendique la victoire à l’élection présidentielle d’août 2009 à l’issue de laquelle il est officiellement arrivé troisième et qui a été remportée par Ali Bongo, selon les résultats proclamés par la Cour constitutionnelle et contestés par l’opposition.

L’Union nationale a été dissoute par le ministère de l’Intérieur le 27 janvier pour "non respect des principes démocratiques; atteinte à la forme républicaine de l’Etat; atteinte à la souveraineté nationale; trouble à l’ordre public".

"Certes, nous n’avons pas été reconnus par des pays mais il y a deux semaines, Ben Ali et Moubarak étaient reconnus par la communauté internationale. Aujourd’hui, celle-ci a reconnu les demandes de leurs peuples. Nous sommes dans un combat politique dont le peuple est juge", a commenté samedi soir M. Mba Obame faisant référence aux dirigeants tunisien et égyptien renversés. M. Mba Obame avait précisé que l’occupation du Pnud n’était "pas une fin": "Ce n’est pas fini, nous continuons notre combat. Nous ne renonçons à rien. Je me considère toujours comme le président élu du Gabon".