Immigration

Libye : ATT, Zuma et Sassou Nguesso en médiation chez Kadhafi pour l’UA

| Par AFP
Les médiateurs de l'UA arrivent en Libye alors que les combats à Misrata et Adjabiyah font rage.

Les médiateurs de l'UA arrivent en Libye alors que les combats à Misrata et Adjabiyah font rage. © Reuters

Les dirigeants africains mandatés par l’Union africaine (UA) pour une médiation en Libye sont arrivés dimanche à Tripoli, où ils vont tenter d’obtenir une cessation des hostilités. Parmi eux, les présidents congolais, malien, et sud-africain.

Les cinq dirigeants étaient partis séparément de Nouakchott, où ils s’étaient réunis samedi soir. Le premier à se poser à l’aéroport de Miitiga, près de Tripoli, a été le président malien Amadou Toumani Touré.

Il a été suivi par ses homologues Jacob Zuma (Afrique du Sud), Mohamed Ould Abdel Aziz (Mauritanie) et Denis Sassou Nguesso (Congo), ainsi que par le ministre ougandais des Affaires étrangères Henry Oryem Okello, qui représente le président Yoweri Museveni.

Objectif cessez-le-feu

Les dirigeants ont été accueillis notamment par des partisans de Mouammar Kadhafi, portant des portraits du dirigeant libyen et des drapeaux verts, du régime du colonel. La veille, à l’issue de leur réunion à Nouakchott, les médiateurs avaient réaffirmé les objectifs de leur mission: « cessation immédiate de toutes les hostilités », acheminement de l’aide humanitaire et ouverture d’un dialogue entre le régime et l’insurrection.

Après Tripoli, les médiateurs doivent se rendre dimanche soir et lundi à Benghazi, fief rebelle de l’est du pays, pour tenter de convaincre l’insurrection de baisser les armes.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte