Politique

Burkina Faso : les troubles font 45 blessés et des viols, un couvre-feu instauré à Ouagadougou

Quarante-cinq personnes ont été blessées et des « cas de viols » ont été notés depuis jeudi à Ouagadougou, où ont eu lieu des manifestations de militaires mutins et une révolte de commerçants furieux de leurs pillages.

Par
Mis à jour le 16 avril 2011 à 18:59

"Il y a 45 blessés dont certains par balle, des militaires et des civils. Il y a des cas graves mais aussi des blessés légers que nous avons pris en charge" depuis jeudi, a déclaré à l’AFP une source à l’hôpital Yalgado Ouédraogo de Ouagadougou, le principal de la capitale burkinabè.

"Il y a également quelques cas de viols mais je ne peux pas vous en dire plus", a indiqué la même source hospitalière, sous couvert de l’anonymat.

La ville de Ouagadougou est secouée depuis jeudi par des manifestations nocturnes de militaires mutins qui procèdent, dans plusieurs garnisons, à des tirs en l’air et des pillages de magasins dans le centre-ville et des quartiers périphériques.

Couvre-feu

Ces pillages ont rendu furieux des commerçants de la capitale qui s’en sont à leur tour pris à de nombreux édifices publics dont le siège du parti au pouvoir qui a été incendié.

Le ministère de la Sécurité a annoncé samedi l’instauration d’un couvre-feu de 19H00 à 06H00 (locales et GMT) dans la capitale.

Le président de l’Assemblée nationale, Rock Marc Christian Kaboré, membre du parti au pouvoir, a appelé samedi "le gouvernement à prendre toutes les dispositions pour que les citoyens burkinabè soient sécurisés", dans une déclaration sur la télévision nationale.

Le pouvoir du président Blaise Compaoré, arrivé au pouvoir en 1987 à la suite d’un coup d’Etat, est confronté depuis février à des mouvements de colère multiples.