Société

Aqmi dément toute implication dans l’attentat de Marrakech

La branche maghrébine d’Al-Qaïda  fait savoir dans un communiqué qu’elle n’était pas responsable de l’attentat qui a fait 16 morts au Maroc la semaine dernière. Elle attribue l’explosion à un « admirateur d’Al-Qaïda », mais pas à un de ses membres.

Par
Mis à jour le 7 mai 2011 à 19:46

Rassemblement à Marrakech, sur la place Djamma El-Fna, le 7 mai 2011. © AFP

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a nié toute implication dans l’attentat meurtrier de Marrakech, au Maroc, démentant la piste initialement évoquée par les enquêteurs.

Dans un communiqué en arabe daté de vendredi 6 mai et diffusé par une agence d’information mauritanienne privée en ligne, l’Agence Nouakchott Informations (ANI), Aqmi rappelle l’attentat qui a fait 17 morts, dont 8 Français, le 28 avril, puis les informations des autorités marocaines qualifiant le principal suspect d’ "admirateur d’Al-Qaïda".

Des frappes contre les juifs et les croisés"

"Nous démentons toute relation avec cette explosion et affirmons n’être aucunement impliqués dans cette opération", assure la branche régionale du réseau islamiste dans son communiqué.

Celui-ci n’a pu être authentifié immédiatement mais l’ANI a régulièrement publié par le passé des communiqués ou des déclarations de membres d’Aqmi sans jamais avoir été démentie.

"Nous affirmons que, en dépit du fait que parmi nos priorités (…) figurent des frappes contre les juifs et les croisés (les Occidentaux, ndlr), ainsi que contre leurs intérêts, nous nous employons cependant à choisir le moment et le lieu qui ne seraient pas en contradiction avec les intérêts de la Nation (musulmane) et son action vers l’objectif de sa libération", ajoute Aqmi.

"Mener le jihad à sa manière"

Le lendemain de l’attentat, le ministre marocain de l’Intérieur Taieb Cherkoui avait déclaré que le mode opératoire rappellait le "style utilisé d’habitude par Al-Qaïda". Les autorités disaient lundi être "toujours sur la piste" d’Al-Qaïda".

Vendredi, après l’arrestation de trois Marocains, Taieb Cherkaoui a décrit ceux-ci comme des "admirateurs d’Al-Qaïda".

Le principal suspect est "fortement imprégné de l’idéologie jihadiste" et "exprime ouvertement son allégeance pour Al-Qaïda", a-t-il déclaré, sans dire explicitement s’il faisait parti de l’organisation. Il a "tenté plusieurs fois de rejoindre les points chauds du terrorisme, mais il a échoué", a-t-il ajouté.

Selon le politologue marocain Mohamed Darif, "on semble être face à une personne qui n’a pas de lien organisationnel" avec Al-Qaïda. "Il cherche à mener le jihad à sa manière", assure-t-il. "Al-Qaïda est plus dans ce cas une doctrine qui inspire", dit-il.

"Sa fascination pour Al-Qaïda ne signifie rien sur le plan organisationnel", a poursuivi ce spécialiste de l’islamisme.

Selon une source de la sécurité marocaine anonyme, le suspect s’appelle Adil El-Atmani et, d’après d’autres sources, il est âgé de 25 ans.

Dénoncer le terrorisme et insister sur la démocratie

A Marrakech, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées samedi 7 mai sur le lieu de l’attentat pour dire "non au terrorisme" et une manifestation est prévue dimanche à l’appel du mouvement pro-démocratie du royaume.

Le ministre marocain du Tourisme Yassir Zénagui et la consule générale de France à Marrakech Chantale Chauvin ont participé au rassemblement devant le café visé par l’explosion.

De son côté, le Mouvement du 20 février, qui revendique des réformes politiques profondes au Maroc, a appelé à une manifestaton au même endroit pour "dénoncer le terrorisme et insister sur la démocratie."