Droits de l’homme

Une manifestation dispersée par les forces de l’ordre devant le Parlement marocain

Des policiers poursuivent des manifestants le 22 mai 2011 à Rabat. © AFP

La police marocaine a dispersé samedi à Rabat des dizaines de jeunes du "Mouvement du 20 février" qui voulaient dénoncer l'utilisation de la force dimanche dernier contre des manifestants dans plusieurs villes du royaume.

"Les forces de l’ordre sont venues en nombre impressionnant pour nous empêcher à coups de matraques de nous rassembler devant le parlement", a déclaré à l’AFP Najib Chaouki, l’un des membres de la section de Rabat du Mouvement.

Les autorités considèrent ces manifestations comme non autorisées.

Un important dispositif des forces de l’ordre avait été déployé une heure avant le début du rassemblement prévu à 18h00 (GMT). Il n’y a eu aucun blessé parmi les manifestants, a constaté un journaliste de l’AFP.

Ces jeunes entendaient protester contre l’utilisation de la force dimanche dernier pour empêcher des manifestants de revendiquer des réformes constitutionnelles.

Manifestation prévue à Casablanca

Selon Sabra Talbi, une militante du Mouvement, "les autorités sont déterminées à nous réprimer par la force pour nous empêcher d’exprimer nos revendications démocratiques".

Une manifestation pacifique est prévue dimanche à Casablanca, a déclaré la section locale du Mouvement, pour protester contre la violence de la semaine dernière contre les jeunes.

Dans une déclaration au lendemain de ces manifestations dispersées par les forces de l’ordre, le ministre de la Communication a indiqué que le Mouvement du 20 février est "manipulé" par les islamistes et les gauchistes.

Une ONG a pour sa part demandé samedi une enquête pour déterminer les responsabilités dans ces violences contre le Mouvement.

"Nous appelons à l’ouverture d’une enquête impartiale pour déterminer les responsabilités concernant l’utilisation de la force contre une large partie des jeunes du 20 février", selon un communiqué de l’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH, indépendante) parvenu samedi à l’AFP.

Le 9 mars, le roi Mohammed VI a annoncé d’importantes réformes constitutionnelles prévoyant notamment le principe de séparation des pouvoirs et un renforcement des pouvoirs du Premier ministre.

Ces annonces ont été jugées insuffisantes par le Mouvement.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte