Politique

Zambie : décès de l’ancien président Frederick Chiluba

L’ancien président zambien Frederick Chiluba, qui a dirigé le pays de 1991 à 2001, est mort samedi à son domicile, a annoncé son porte-parole.

Par
Mis à jour le 19 juin 2011 à 13:12

L’ex-président est mort samedi à son domicile. © AFP

"Il est décédé cinq minutes après minuit à son domicile", a déclaré à l’AFP à Lusaka son porte-parole, Emmanuel Mwamba.

"Il a eu une attaque, le médecin a tenté de le ranimer pendant dix minutes. Il a alors constaté sa mort", a indiqué le porte-parole, précisant que le médecin avait été appelé par M. Chiluba qui s’était senti mal vendredi après-midi.

Frederick Chiluba souffrait de problèmes cardiaques et des reins et se rendait fréquemment en Afrique du sud pour des soins médicaux.

Frederick Chiluba, né officiellement le 30 avril 1942, a été le héros du Mouvement pour la démocratie multipartite (MMD) en Zambie pendant ses dix années au pouvoir avant d’être accusé de corruption et d’abus de pouvoir.

Divorce et corruption

En mai 2007, la Haute cour de Londres avait gelé les avoirs de Chiluba à Londres après l’avoir déclaré coupable de conspiration avec des conseillers pour le détournement de 46 millions de dollars de fonds publics. La Zambie avait intenté une action à Londres car les fonds détournés y étaient blanchis dans deux sociétés passant par des comptes bancaires londoniens.

Jeune conducteur de bus et employé agricole devenu dirigeant syndical, il avait remporté l’élection présidentielle de 1991 en faisant campagne pour le multipartisme et contre la gestion économique de Kenneth Kaunda.

Sa victoire sur le père de la nation, au pouvoir depuis 27 ans, était celle d’une génération de jeunes dirigeants africains pragmatiques, acquis à l’économie de marché. Il avait privatisé quelque 250 sociétés d’Etat. Faute d’une gestion saine, beaucoup avaient dût fermer, entraînant un chômage important, tandis que des proches du pouvoir s’étaient enrichis.

Il avait divorcé en 2002 de Vera Tambo son épouse pendant 33 ans et mère de ses neuf enfants pour se remarier avec Regina, une responsable du MMD, qui avait été condamnée pour corruption.