Politique

ATT et Ould Abdelaziz participent à une réunion de l’UA sur la Libye en Afrique du Sud

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz le 6 juin 2011 à Nouakchott. © AFP

Les présidents mauritanien et malien ont quitté leur pays samedi pour assister en Afrique du Sud à une réunion du comité de médiateurs de l'Union africaine sur le conflit en Libye, a appris l'AFP de sources officielles à Nouakchott et Bamako.

Lors de cette rencontre du "Comité de haut niveau de l’Union africaine (UA) sur la crise libyenne", prévue dimanche, ils doivent "discuter des derniers développements du conflit en Libye et des efforts menés" pour le résoudre, a indiqué l’Agence mauritanienne d’information (AMI, officielle).

Aucune indication n’a été donnée sur d’éventuelles nouvelles propositions de ce comité, présidé par le chef de l’Etat mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et dont est membre le président malien Amadou Toumani Touré.

Le panel, chargé par l’UA de trouver une solution négociée au conflit libyen, comprend trois autres chefs d’Etat africains: Jacob Zuma (Afrique du Sud), Denis Sassou Nguesso (Congo) et Yoweri Museveni (Ouganda).

Sommet de l’UA à Malabo

Cette réunion, en Afrique du Sud, du comité des médiateurs intervient juste avant le 17e sommet de l’Union africaine qui se tiendra à Malabo, en Guinée-équatoriale du 29 juin au 1er juillet. La crise libyenne sera un des sujets de discussion.

Le plan a été rejeté par le Conseil national de transition (CNT), organe de direction des insurgés combattant depuis février le régime de M. Kadhafi, dont les forces sont visées depuis mars par des frappes d’une coalition internationale.

Cette feuille de route prévoit un cessez-le-feu et l’instauration d’une période de transition conduisant à des élections démocratiques.

"Solution négociée"

Dans un entretien avec l’AFP le 6 juin à Nouakchott, le président mauritanien avait estimé que M. Kadhafi ne pouvait "plus diriger la Libye".

"Quoiqu’il arrive, il y aura une solution négociée, même avec le temps. Dans tous les cas, Kadhafi ne peut plus diriger la Libye. Son départ devient une nécessité", avait déclaré M. Ould Abdel Aziz, en doutant cependant de l’efficacité des frappes menées par l’Otan en Libye, en particulier sur Tripoli.

Le 22 juin, le Mali et l’Afrique du Sud avaient réclamé "l’arrêt immédiat des hostilités" en Libye, au dernier jour d’une visite à Bamako de la chef de la diplomatie sud-africaine, Maite Nkoana-Mashabane.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte