Défense

Le Nigéria va entamer des négociations avec une secte islamiste

Le président Goodluck Jonathan lors d'un rallye le 14 janvier 2011, à Abuja.

Le président Goodluck Jonathan lors d'un rallye le 14 janvier 2011, à Abuja. © AFP

Le gouvernement du Nigeria va entamer des négociations avec une secte islamiste à laquelle sont attribués une série d’attentats à la bombe meurtriers et d’attaques armées dans le nord-est du pays, a annoncé un communiqué du bureau du gouvernement samedi.

Une commission de sept personnes, qui comprend plusieurs ministres, va négocier avec la secte Boko Haram et informer le gouvernement des résultats de ces négociations le 16 août ou avant cette date, a ajouté le communiqué.

Le président Goodluck Jonathan a nommé sept membres de la commission, dont les ministres de la Défense, du Travail et du Territoire de la capitale fédérale, qui englobe Abuja, poursuit le communiqué.

La commission aura pour tâche notamment d’agir "en tant que liaison entre le gouvernement (…) et Boko Haram et de lancer des négociations avec la secte".

Elle travaillera aussi avec le conseiller à la sécurité nationale afin d’assurer que les forces de sécurité du pays agissent avec "professionnalisme", toujours selon le communiqué.

Une force conjointe entre la police et l’armée dans la ville de Maiduguri (nord-est), où la plupart des actes de violence se sont produits, a été accusée d’avoir mené au cours des dernières semaines des raids qui ont fait des dizaines de morts parmi les habitants dont les maisons ont été incendiées.

La commission sera inaugurée mardi, précise le communiqué

"L’éducation occidentale est un péché"

La secte Boko Haram – dont le nom signifie "l’éducation occidentale est un péché" en langue haoussa – se réclame des talibans afghans.

Ce mouvement radical, dont les effectifs ne sont pas connus, avait mené une insurrection meurtrière en 2009, qui avait été violemment réprimée par une opération militaire ayant fait plus de 800 morts en quelques jours.

Elle a concentré ses attaques contre la ville de Maiduguri, et est jugée responsable par la police de dizaines d’assassinats et d’attaques de commissariats, d’églises ou de débits de boissons ces derniers mois.

 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte