Politique

Cameroun : congrès du parti de Paul Biya en septembre

| Par AFP
Le président camerounais Paul Biya à Yaoundé, le 19 mars 2009.

Le président camerounais Paul Biya à Yaoundé, le 19 mars 2009. © AFP

Le président camerounais Paul Biya a convoqué samedi pour les 15 et 16 septembre le 3e congrès de son parti, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), pour désigner son candidat à l’élection présidentielle.

"Le troisième congrès du (RDPC) est convoqué les 15 et 16 septembre 2011 à Yaoundé", a indiqué Paul Biya dans une déclaration à la radio d’Etat, la Cameroon Radio-Television (CRTV).

Selon son parti, il sera notamment question d’élire le président du RDPC qui sera investi candidat à la présidentielle, conformément à ses statuts.

Paul Biya, 78 ans, au pouvoir depuis 1982, ne s’est pas encore exprimé sur ses intentions, mais le ministre de l’Enseignement supérieur Jacques Fame Ndongo, chargé de la communication du parti, avait affirmé le 16 juillet que M. Biya "est le candidat du RDPC à l’élection présidentielle de 2011".

Le RDPC venait alors d’annoncer que son troisième congrès se tiendrait "avant la présidentielle", dont la date n’a pas encore été fixée mais qui devrait se tenir en principe en octobre.

M.Biya sera aussi le candidat du RDPC "à toutes les autres élections présidentielles (futures) jusqu’à ce que lui-même en décide autrement", avait ajouté M. Fame Ndongo.

Depuis plusieurs mois, des voix s’élèvent pour demander à M. Biya de passer la main.

Postes clés au sein du pouvoir

Créé en 1985, le RDPC contrôle l’Assemblée nationale avec 153 députés sur 180 sièges. Le pays totalise 253 partis légalisés.

Les responsables de ce parti occupent des postes clés au sein du pouvoir.

Ainsi, parmi les principaux membres du comité d’organisation du congrès de septembre, figurent notamment Cavaye Yeguié Djibril, président de l’Assemblée nationale, Philémon Yang, Premier ministre, Laurent Esso, secrétaire général de la présidence, Marafa Hamidou Yaya, ministre de l’Administration territoriale (Intérieur), Amadou Ali, ministre de la Justice, Martin Belinga Eboutou, directeur du cabinet civil de la présidence.

Il est souvent reproché au RDPC d’utiliser les moyens de l’Etat pour faire campagne.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte