Politique

L’Algérie dément le passage d’un convoi transportant Mouammar Kadhafi

L’Algérie a démenti samedi de la manière la plus catégorique des informations relatives au passage en Algérie d’un convoi de Mercedes blindées en provenance de Libye rapportées par l’agence égyptienne Mena.

Par
Mis à jour le 27 août 2011 à 18:32

Le colonel Mouammar Kadhafi le 10 juin 2009 à Rome. © AFP

"Cette information est dénuée de tout fondement et nous la démentons de la manière la plus catégorique", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Amar Belani à l’agence APS.

"Depuis quelques mois, l’Algérie est ciblée par un flot de fausses informations, dont le caractère fallacieux a été à maintes fois prouvé", a ajouté M. Belani à l’APS. "Il en est de même pour l’information diffusée par l’agence Mena au sujet de véhicules Mercedes qui auraient prétendument franchi la frontière algéro-libyenne", a ajouté le porte-parole.

La Mena, citant une source rebelle libyenne, avait affirmé qu’un convoi de Mercedes blindées était passé vendredi de Libye en Algérie avec peut-être à son bord Mouammar Kadhafi.

"Le convoi aurait été repéré"

Citant un membre du conseil militaire libyen, la Mena avait rapporté que six Mercedes blindées étaient entrées vendredi à Ghadamès, ville frontalière avec l’Algérie.

"Les voitures ont été escortées jusqu’à leur entrée en Algérie par une brigade militaire loyaliste", a indiqué la Mena, ajoutant que "les rebelles, manquant d’armes, n’avaient pu pourchasser le convoi".

"On pense qu’elles (les voitures) transportent de hauts responsables libyens, possiblement Kadhafi et ses fils", a poursuivi cette source.

"Rien n’est confirmé", avait cependant déclaré au Caire à des journalistes le numéro deux de la rébellion libyenne, Mahmoud Jibril.

Auparavant, un haut responsable algérien de la région frontalière avait jugé l’épisode peu probable. "La frontière au poste algérien de Debdeb, à la hauteur de la ville libyenne de Ghadamès, est ouverte mais un tel convoi aurait été repéré", a déclaré ce haut responsable d’Ilizi, principale ville algérienne de cette région désertique.

M. Kadhafi reste introuvable depuis que les rebelles affirment contrôler la quasi-totalité de Tripoli.