Politique

Guinée : Alpha Condé accuse le Sénégal et la Gambie de complicité dans l’attaque contre lui

Alpha Condé le 16 mai 2011, au palais Sékoutoureya. © Vincent Fournier pour J.A.

Le président guinéen Alpha Condé a affirmé dans un entretien diffusé dimanche que l'attaque contre sa résidence privée à Conakry, en juillet, avait été préparée à Dakar et que les gouvernements sénégalais et gambien étaient au courant, en mettant nommément en cause un responsable de l'opposition.

"Tout a été préparé à Dakar et nous savons très bien que le numéro 2 de l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée, opposition), Bah Oury (Amadou), qui a fui, nous savons très bien qu’il a été un des principaux organisateurs ici en Guinée", a dit le président Condé, à propos de ce qu’il a qualifié "d’attentat contre sa personne" dans cet entretien à la radio privée sénégalaise Sud-FM.

"Je n’ai pas voulu qu’on l’arrête, parce que j’ai dit qu’il faut attendre que la justice lance d’abord un mandat d’arrêt, ce qui lui a permis de fuir", a-t-il ajouté. Il a indiqué qu’en plus de cet opposant, "l’organisation de l’attaque impliquait des personnes qui se réunissaient à Dakar, à l’Hôtel (Méridien) Président".

"J’ai clairement dit au ministre (sénégalais des Affaires étrangères) Madické Niang et au ministre des Affaires étrangères de Gambie que j’estime (…) que les choses ont été préparées à l’hôtel (Méridien) Président à Dakar et qu’il y a des va-et-vient en Gambie et que j’estime cela ne pouvait pas se faire à leur insu", a-t-il déclaré.

Complicité des gouvernements sénégalais et gambien

"Je pense qu’il y a la complicité du gouvernement sénégalais comme du gouvernement gambien, même s’ils disent qu’ils ont manqué de vigilance", a-t-il accusé.

Il a affirmé avoir avisé l’ambassade de France à Conakry et certains pays amis des préparatifs de cet attentat, dans lequel il a aussi mis en cause Tibou Camara, ex-ministre secrétaire général à la présidence, qui est tout le temps en Gambie. L’épouse de M. Camara est membre de la famille de la Première dame gambienne, selon l’entourage de l’ex-ministre en Guinée.

Alpha Condé a également accusé nommément Amadou Oury Diallo, dit Sadaka, homme d’affaires proche du chef de la transition guinéenne de 2010, le général Sékouba Konaté.

Amadou Oury Bah, Tibou Camara et Amadou Oury Diallo sont actuellement tous les trois à l’étranger.

A la question de savoir s’il n’impliquait pas ainsi indirectement Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG qui séjourne régulièrement à Dakar, M. Condé a répondu : "Je n’ai jamais parlé de Cellou Dalein, j’ai parlé des gens qui se réunissent à l’hôtel. On les connaît: Tibou Camara, +Sadaka+, etc. Je n’ai jamais parlé de Cellou Dalein", qu’il a battu au second tour de l’élection présidentielle de novembre 2010.
 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte