Dossier

Cet article est issu du dossier «Présidentielle camerounaise : Paul Biya, jusqu'à quand ?»

Voir tout le sommaire
Politique

Présidentielle au Cameroun : après la réélection de Paul Biya, Paris note de nombreuses irrégularités

Une camerounaise vote le 9 octobre dans une banlieue de Yaoundé. © AFP

La France prend acte du résultat proclamé par la Cour suprême du Cameroun donnant Paul Biya réélu président pour un sixième mandat, mais note de nombreuses irrégularités, dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

"Lors du scrutin, de nombreuses défaillances et irrégularités ont été constatées. La France souhaite que des mesures soient prises pour que celles-ci ne se reproduisent pas lors des scrutins législatifs et municipaux de 2012", a affirmé samedi Bernard Valero, porte-parole du Quai d’Orsay, dans une déclaration.

Paris espère que "les autorités sauront prendre rapidement les réformes permettant de répondre aux aspirations légitimes du peuple camerounais et qu’elles s’engageront en particulier dans la mise en place de toutes les institutions prévues par la Constitution", a ajouté le porte-parole.

Paul Biya a été réélu avec 77,98% des suffrages
devant son opposant historique John Fru Ndi (10,712%), à l’issue d’un scrutin à tour unique le 9 octobre, selon les résultats proclamés vendredi par la Cour suprême à Yaoundé.

L’opposition accuse le pouvoir d’avoir verrouillé le système électoral en faveur du président.

"Conditions acceptables"

Vendredi, le ministre français de la Coopération Henri de Raincourt avait déclaré que Paris "continuait d’estimer que la présidentielle au Cameroun s’était déroulée dans des conditions acceptables", alors que les Etats-Unis avaient annoncé que des irrégularités avaient été relevées "à tous les niveaux".

Dés le lendemain de la présidentielle, le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé avait jugé que les élections avaient eu lieu "dans des conditions acceptables".

L’équipe d’observateurs du Commonwealth a aussi estimé que le scrutin avait été exempt de coercition, tout en soulignant qu’il y avait un bon nombre de plaintes sur l’organisation.
 

Lire les autres articles du dossier

«Présidentielle camerounaise : Paul Biya, jusqu'à quand ?»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte