Politique

Nigeria : mort du colonel Ojukwu, chef de la rebellion du Biafra

L'ancien leader de la sécession au Biafra Emeka Ojukwu en janvier 2000. © AFP

Emeka Odumegwu-Ojukwu, chef de la guerre de sécession du Biafra, à la fin des années 60, héraut de la communauté Igbo, est décédé à l'age de 78 ans en Grande-Bretagne, a annoncé samedi la présidence nigériane.

Ancien étudiant d’Oxford, le colonel Ojukwu, avait lancé en mai 1967 une tentative de sécession alors qu’il était gouverneur militaire de région. Il accusait le pouvoir fédéral dominé par les musulmans du nord de marginaliser sa communauté, notamment après l’assassinat en juillet 1966 du seul président d’origine Igbo, le général Thomas Aguiyi-Ironsi.

Deux ans et demi plus tard, après plus d’un million de morts de faim et de maladie, la république du Biafra était rayée de la carte en janvier 1970.

"Enorme perte nationale"

Le président Goodluck Ebele Jonathan a fait état de sa "tristesse" et du "sentiment d’une énorme perte nationale du décès du chef Chukwuemeka Odumegwu Ojukwu au Royaume-Uni". Le communiqué de la présidence ne précise pas quand M. Ojukwu est mort ni les causes de sa mort. Il était malade et recevait des soins en Grande-Bretagne depuis quelques mois.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte