Économie

Niger : CNPC va investir 150 millions d’euros dans la construction de routes

Par
Mis à jour le 24 octobre 2013 à 16:09

Le groupe pétrolier chinois CNPC s’est engagé à investir 150 millions d’euros dans la construction d’infrastructures routières reliant le Niger au Tchad.

Au Niger, les entreprises du secteur extractif devront de plus en plus contribuer au développement des infrastructures du pays. Tel semble être l’enseignement à tirer des récents efforts entrepris par les autorités nigériennes.

En effet, selon Reuters, la compagnie chinoise China National Petroleum Corporation (CNPC) s’est engagée à investir 100 milliards de F CFA (environ 150 millions d’euros) dans la construction d’infrastructures routières reliant la région de Diffa, au nord-est du Niger, au Tchad voisin. Ce projet d’investissement est le résultat d’un accord établi en 2011 entre le Niger et CNPC portant sur la construction de 185 kilomètres de voies routières dans cette région du pays où l’entreprise chinoise exploite le champ pétrolier d’Agadem.

Lire aussi :

Le Niger lance un audit des mines d’uranium
Tchad : le chinois CNPCIC autorisé à reprendre ses activités pétrolières
Raffinage : la lune de miel avec la Chine est-elle terminée ?
Fathallah Oualalou : « Ce qui a pris un siècle en Europe se fera en vingt ans en Afrique »

Areva

La décision de CNPC intervient après l’annonce par le gouvernement nigérien, en septembre 2013, du lancement d’un audit des mines d’uranium exploitées par le groupe industriel français Areva.

Un audit décidé quelques mois seulement avant l’expiration du contrat de dix ans liant Areva à l’État nigérien. Parmi les points soulevés par le Niger durant les négociations sur le renouvellement du permis d’Areva figure la construction d’une nouvelle route reliant la ville de Tahoua, dans le centre du Niger, à la région minière d’Arlit, située à plus de 1 000 kilomètres au nord de Niamey, la capitale du pays.